29 Avril 2010

La Belgique sombre et Art Brussels brille

Par Tatyana Franck

 

Même sous le soleil, visiter Art Brussels est une source de fraîcheur ! Cette foire fait pourtant figure de vénérable ancêtre par rapport à la Frieze. Elle a d’ailleurs récemment soufflé 28 bougies... sans prendre une ride. Il y a toujours de jeunes artistes à découvrir et de moins jeunes à redécouvrir...

 

A l’image de la performance surréaliste du Premier ministre belge qui en est à sa cinquième démission en deux ans, la foire belge nous réserve toujours des surprises. A la différence de ses consœurs où les galeries les plus prestigieuses se battent pour être dans les premières allées, on entre dans la foire Art Brussels par le hall 3 qui héberge les jeunes galeries pour pouvoir ensuite accéder au hall 1 et ses galeries « confirmées ».

 

Sans doute du fait que le public y est clairsemé mais avisé, les galeristes semblent y prendre plus de risque que dans d'autres foires. Cela se perçoit notamment à travers des solo shows déjantés, comme celui du collectif britannique Le Gun qui, sur le stand de la galerie française  Suzanne Tarasiève, ont entièrement peint un salon en noir et blanc en hommage à James Ensor, le peintre flamand récemment à l'honneur au musée d'Orsay et au MoMA, record du monde 2009 en termes d’affluence pour une exposition de l’art du XIXème !

 

 

 

Le Gun, The Unknown Room, 2010, 25 m2, Techniques mixte. Courtesy Suzanne Tarasieve, Paris 

 

Par ailleurs, la jeune galeriste belge Elaine Lévy, consacrait son stand à l'artiste Rainer Ganahl avec notamment une énorme table à manger mélangeant fruits réels et fruits en résine.

 

Il faut dire que les collectionneurs belges sont de réels connaisseurs et sans doute les collectionneurs d’art les moins nationalistes au monde. Les belges aiment l'art contemporain mais ne se contentent pas d’être « tendance ». Les affaires sont cependant en dent de scie. Tandis que certains galeristes étaient ivres de joie le soir du vernissage comme le suisse Guy Bärtschi qui a vendu dès la première heure la cage de but de handball où le filet est remplacé par un vitrail représentant des boulangers au travail de Wim Delvoye, d'autres faisaient à la fin du week-end une mine noire digne de celles qui sont aujourd’hui fermées en Wallonie… L’éclatement de la bulle se fait encore sentir dans la capitale de la B.D.

 

Le succès d'une foire se mesure également à la vitalité de ses salons off. Cette année, une première, le salon du dessin contemporain – artonpaper.be – s'exposait dans le White hôtel, avenue Louise. Chaque galerie avait sa chambre, avec des dessins en prime sur le lit. La qualité des œuvres présentées ne vous encourageait néanmoins pas à gravir les 9 étages de l'hôtel.

 

 

S'arrêter au 1er suffisait. La jeune et dynamique Julia Van Hagen (Artstanding), déjà présente à Paris en octobre dernier pour une autre off qui monte, Cutlog, montrait notamment les dessins minutieux de Tiphaine de Bodman ou ceux, dans un tout autre registre, très colorés, du collectif américano-islandais MoM's… que de jeunes talents à suivre ou à poursuivre !

 

 

 

Tiphaine de Bodman, Poisonous Plant G, 2010, technique mixte sur papier, 325 x 450 mm. Courtesy Artstanding

 

MoM's, Bloody Eyes, 2010, technique mixte sur papier. Courtesy Artstanding

Une autre exposition off était organisée à deux pas des Sablons par Stella-Désirée Bosch, de la galerie Lot 10 qui va très bientôt s’installer dans la capitale de l’Europe. Elle présentait les travaux méditatifs de l’artiste française Félicie Estienne d’Orves sur le thème de l’éclipse.

 

 

Un parcours arty jalonné de perles

 

Venir à Bruxelles pour la foire est aussi l'occasion de découvrir les expositions présentées dans des galeries. Plusieurs, de renommées internationales, ont ouvert de gigantesques espaces dans Bruxelles. Barbara Gladstone s'est ainsi offerte une maison aux abords du parc d'Egmont. Pour une pause dans votre planning arty, ne manquez pas le brunch de l'orangerie du parc d'Egmont et offrez vous une petite promenade digestive dans le jardin qui accueille les sculptures installées par la foire.

A deux pas, la Verrière, l'espace culturel d'Hermès propose une installation de Claude Lévèque.

Remontez ensuite l'avenue Louise vers la rue de l'abbaye. Almine Rech vient d'y ouvrir un somptueux espace, encore en travaux, de près de 1'500 m2. Elle y présente en ce moment une très belle exposition de pièces récentes de l'autrichien Franz West : peintures et sculptures côtoient des pièces d'extérieurs.

 

 

 

Vues de l'exposition “Double Squint” de Franz West, du 26 mars au 20 mai 2010, Almine Rech Gallery, Bruxelles. Courtesy Almine Rech Gallery, Bruxelles. Photo: Isabelle Arthuis

 

 

Pour plus d'informations sur les galeries, www.neca.be

 

 

Des collections éclatantes

 

Art Brussels ce sont enfin des collections, publiques ou privées, très souvent fabuleuses qui s'ouvrent au public.

Une des plus intéressantes collections d'entreprise au monde est sans doute la collection Lhoist réalisée grâce au goût très sûr de Jacqueline d'Amécourt, conservatrice de la collection. Tout est y est beau. Du site majestueux, aux sculptures d'Anish Kapoor, de Richard Serra ou de l’installation spectaculaire de James Turell au rez-de-chaussée. Commencée en 1989 et composée aujourd’hui de plus de 3 000 œuvres, la photographie occupe une place centrale. Un paquebot flottant dans un havre de paix !

 

 

 

En fondant la collection, Lhoist avait un triple but : 1) favoriser la compréhension, au-delà de la barrière des langues, de la culture de l’autre ; 2) respecter l’environnement et enfin 3) ne pas réserver le rôle de collectionneur à l’Etat.

Chaque année, un commissaire indépendant est invité à mettre en place une exposition. Cette année, Chantal Pontbriand présente "Higher Powers Command" dont le titre reprend celui de l'œuvre de Sigmar Polke comprise dans la collection. Cette exposition coïncide avec les vingt ans de la construction du bâtiment où loge le siège social de la Lhoist à Limelette, à 30 minutes de Bruxelles.

www.lhoist-collection.com

 

L'espace privé de la Vanhaerents Collection, 29 rue Anneessens, vaut également le détour. Walter Vanhaerents, riche entrepreneur flamand, y a entreposé une partie de sa collection dans un ancien entrepôt de sanitaires construit en 1926. L'artiste David Altmejd qui y vernissait est d’actualité dans la capitale belge puisque le galeriste Xavier Hufkens montre au même moment dans sa galerie des œuvres de cet artiste qui semblent être un retour à son travail antérieur : des matériaux tissés dans des boîtes de plexiglas de façon à créer des volumes complexes et organiques. L'artiste est en effet davantage connu pour ses grandes figures anthropomorphiques en pâte à modeler et verre de miroir.

 

 

David Altmejd, Le Mineur, 2007, bois, miroir, argile epoxy, peinture, 375,9 x 137,2 x 101,6 cm.

 

 

Dernier point fort de l’actualité européenne, les Grecs ou plutôt el Greco

 

L'exposition que le Palais des beaux-arts de Bruxelles consacre à Domenikos Theotokopoulos, dit le Greco (1541-1614) présente quarante-six toiles exposées dont six au moins proviennent de son atelier de Tolède. Le principal enseignement de cet événement culturel est qu'un petit peintre d'icônes grecques peut avoir été riche et célèbre grâce aux copies que ses disciples faisaient de ses propres œuvres, puis être totalement oublié pendant des siècles avant d’être reconnu comme précurseur de l’art moderne et un Grand de l’art espagnol. L’histoire de l’art est pleine de rebondissements !

 

 

El Greco, Les larmes de saint Pierre, Ca.1587-1620, huile sur toile. Toledo, Museo del Greco

 

"El Greco. Domenikos Theotokopoulos 1900". 

Palais des beaux-arts, 23, rue Ravenstein, Bruxelles (Belgique).

Tél. : (00 32) 2 507 82 00.

Jusqu'au 9 mai. Du mardi au dimanche, de 10 heures à 18 heures ; le jeudi jusqu'à 21 heures.

De 3,50 € à 10 €.

Sur le Web : www.bozar.be

Commentaires

s'abonner au flux RSS des commentaires
#0001Semelles de vent dit | 29/04/2010 16:22
Vivant ,bien ecrit ,récréatif et informatif
bravo l équipe d Arty
#0002He-art dit | 29/04/2010 19:17
Great reading you and following your footsteps to places I missed on my oneday trip to Art Brussels. Thank ArtyParade!

laisser un commentaire


Brussels Art Days

La Belgique sombre et Art Brussels brille