02 Octobre 2012

Brussels Art Days

par Mireille de Lassus

 
 
Après le succès des précédentes éditions, les galeries participant à Brussels Art Days ont ouvert leurs portes durant un week-end de trois jours. Trente sept galeries d'art contemporain ont participé à cette cinquième édition du 7 au 9 septembre dernier. Artistes connus et moins connus étaient exposés dans toute la ville.
 
Dans son gigantesque espace, Almine Rech présente Angel Vergara. Egalement à l'honneur du "Printemps de Septembre" à Toulouse cette année, cet artiste avait déjà investi le pavillon Belge de la Biennale de Venise en 2011 avec "Feuilleton, les sept pêchés capitaux". Angel Vergara conçoit à travers les derniers mots d'Ulysse Joyce "And yes I said yes I will Yes" un montage vidéo avec des images de célébrités de notre temps (Leonardo Di Caprio, Isabelle Huppet, Lady Gaga...). Le peintre, par touches successives, s'installe dans les images avec des mouvements lents, mesurés parfois plus saccadés. Cette nouvelle fiction entraine le spectateur dans le monde imaginaire de l'artiste. Compter entre 8.000 et 21.500 euros.
 
 
 
©  Galerie Almine Rech, Angel Vergara, Bloom, Silkscreen impression, oil on canvas, 55x40.5cm, 2012.
 
 
La Galerie Feizi qui se consacre à la promotion de l'art contemporain chinois à Shanghai depuis 2007, continue son œuvre. Installée récemment rue de l'Abbaye à Bruxelles, elle montre pour sa première participation à Brussels Art Days "Bodies - Performance Art in China", à travers les photographies de Cang Xin et He Yunchang.
 
 
 
© Galerie Feizi, Cang Xin, To add one meter to an Unknow mountain, 160x110cm, 1995.
 
 
Les œuvres de Léopold Rabus étaient visibles à la Galerie Aeroplastics. Souvent monumentales, elles montrent l’intérêt de l’artiste pour la vie rurale, et révèlent l'étrangeté, et souvent le morbide. Dans des tonalités noires-marron et une lumière dramatique, Léopold Rabus effectue toujours un véritable travail sur le clair-obscur.
 
A quelques enjambées de là, Gérard Rancinan, dans la Galerie Valérie Bach, propose sa vision du "Wonderful World". Cette série dépeint un monde joyeux, idéal et festif. L'artiste met en scène en studio des compositions classiques. Travaillant sur les images sacrées de notre inconscient, il remplace les visages du Christ, de Saint Sébastien, de Salomé, par les nouvelles références du monde moderne : Mickey, Alice au Pays des Merveilles, etc.
 
 
© Galerie Valérie Bach, Gérard Rancinan, Wonderful World, 2012.
 
L'ensemble, ultra ludique, est à voir dans le magnifique espace de l'ancienne patinoire de Bruxelles.
 
 
 
Plus proche de la place Flagey, Bodson-Emelinckx présente l'allemand EVOL. A la bombe et au pochoir, ce dernier peint sur cartons recyclés, des façades d'immeubles ultra-réalistes. L'ensemble a séduit beaucoup de collectionneurs, puisque dès samedi, il ne restait que peu d'œuvres disponibles.
 
 
© Bodson-Emelinckx, EVOL, Salon Barbara, Spray paint on cardboard, 61x38cm, 2012.
 
Pour plus d'informations sur le parcours, consulter:
 
http://www.brusselsartdays.com/2012/
 

laisser un commentaire


Brussels Art Days

La Belgique sombre et Art Brussels brille