12 Janvier 2010

Janvier-Février 2010: le marais des merveilles

par Tatyana Franck

Coups de coeur

LOTTA HANNERZ Deux poids, deux mesures

La rentrée 2010 s’annonce joyeuse dans les galeries. On sourit beaucoup dans cette exposition de l'artiste suédoise Lotta Hannerz. Les sculptures se mêlent aux peintures et aux œuvres comiques. Mais il ne s’agit pas que de cela car les œuvres sont complexes. Lotta Hannerz est la reine de l'illusion. Une illusion comique qui interroge. Myope, elle estime que le monde est flou. Courrez voir cette très belle exposition qui ne vous laissera pas indifférents !

Lotta Hannerz, Lacuna, 2009, 97 x 104 cm, huile sur PVC, ficelle. Courtesy © Galerie Claudine Papillon

Lotta Hannerz, Eveil, 2009, 169 x 79 x 61 cm, bois, papier mâché, tapis. Courtesy © Galerie Claudine Papillon

Galerie Claudine Papillon, jusqu’au 28 février 2010, 13 rue Chapon, 75003 Paris.
Ouverture du mardi au samedi de 11h à 19h.


LAURE TIXIER Plaid Houses

Enfin des prix très abordables pour un beau travail ! Jeunes collectionneurs à vos marques !
Les questions de l’habitat, de l’architecture et de l’urbanisme traversent la pratique de Laure Tixier. À travers ses sculptures, dessins et vidéos, l’artiste s’intéresse notamment aux utopies qui ont accompagné le développement des sociétés humaines, les revisite avec humour et joue avec d’innombrables références piochées dans l’histoire de l’art, l’architecture ou les sciences humaines. Ses oeuvres combinent, avec une grande liberté, différentes époques. Dans ce contexte, le passage par les territoires de l’enfance, un élément récurrent dans son œuvre, permet de faire émerger différents niveaux de lecture, oscillant entre l’émerveillement, l’ironie et un regard critique sur le monde. Créées pour le Mudam en collaboration avec le Musée du feutre à Mouzon (France), les neuf architectures qui composent la série Plaid Houses ont pour origine une série de dessins pensée par l’artiste comme un répertoire d’habitats provenant de différents contextes culturels, géographiques et historiques, depuis la hutte jusqu’à l’architecture futuriste en passant par la yourte mongole et les avant-gardes modernistes. S’inspirant des « premières fictions architecturales » construites par les enfants avec des couvertures, Laure Tixier a réalisé neuf architectures fabriquées en feutre de différentes couleurs. Une cinquantaine de dessins extraits de la série à l’origine de ce projet sont également présentés.
De petites Plaid houses en 3 exemplaires sont proposés pour 750 euros.

Laure Tixier, Plaid House # VI, Feutre, pièce unique, 180 x 180 x 170 cm, 2008. Courtesy © Galerie Polaris

Galerie Polaris, jusqu’au 6 février 2010, 15 rue des Arquebusiers, 75003 Paris.
Ouverture du mardi au vendredi de 13h à 19h et le samedi de 11h à 13h et 14h de 19h.

VIK MUNIZ

Artiste brésilien, Vik Muniz travaille à partir de matériaux incongrus – fil à coudre, confiture, ketchup, poussière, jouets, pigments… - choisis pour leur rapport à l’image qu’ils dépeignent, Vik Muniz reconstruit des images issues de l’histoire de l’art ou des médias, que notre mémoire visuelle aura collectées et qui ressembleront toujours au souvenir que nous en avons. Ces images sont ensuite photographiées afin de renoncer aux originaux dont elles sont issues et ainsi faire place à une représentation illusoire, créée de toutes pièces.
Pour cette exposition, la galerie présente deux séries : la première reprend des images emblématiques de la peinture qu’il recompose à l’aide de puzzles. La seconde série est inspirée des photographies de Brassaï, Kertesz, Robert Frank, Weegee ou Andreas Feinninger dont les images sont reproduites par superposition de papiers découpés de différentes nuances de blanc, noir et différents tons de gris.

Vik Muniz, Les Demoiselles d'Avignon, after Pablo Picasso (Gordian Puzzles), 2009, Digital C print. Galerie Xippas, Paris

Galerie Xippas, jusqu’au 13 février 2010, 108 rue Vieille-Du-Temple, 75003 Paris.
Ouverture du mardi au samedi de 10h à 13h et de 14h à 19h.


HERNAN BAS Considering Henry

Les personnages éthérés figurant dans les peintures, dessins ou films de Hernan Bas sont souvent mélancoliques et solitaires. Ils appartiennent à la littérature romantique et décadente du XIXè siècle, Lautréamont, Huysmans... Ils évoluent dans des paysages aux couleurs fauves. Comme Elisabeth Peyton ou Karen Kilimnik, Hernan Bas réinterprète la peinture classique et puise notamment son inspiration dans les mythes ou l’histoire de l’art.
Le titre de l’exposition Considering Henry fait référence à Henry David Thoreau, poète et écrivain du XIXè siècle, fondateur du mouvement américain des Transcendentalistes, aux côtés de Emerson, Alcott et Whitman. Henry David Thoreau était aussi un activiste politique, abolitionniste et inventeur de la notion de désobéissance civile. Amoureux de la nature, il écrivit son roman Walden,or Life in the woods (1854) dans une cabane isolée au milieu de la forêt de Walden Pond dans le Massachussetts. Hernan Bas est fasciné par ce personnage atypique dont la vie symbolise selon lui la quintessence de la révolte et de la fusion avec la nature.
Ici, les oeuvres montrent des personnages seuls lisant ou murmurant des secrets aux arbres. Du beau travail à haut prix !

Hernan Bas, I do belive you’re blushing, 2009, Acrylique sur toile, 35,5 x 28 cm. Galerie Emmanuel Perrotin, Paris & Miami

Galerie Emmanuel Perrotin, jusqu'au 13 mars 2010, 76 rue de Turenne, 75003 Paris.
Ouverture du mardi ou samedi de 11h à 19h.


CHARLES SANDISON Writing with light

Charles Sandison aime les théories. Physique, biologie, linguistique, médecine ; l’artiste s’intéresse aux systèmes que celles-ci produisent. Des systèmes qu’il étudie, décortique afin d’en extraire les combinaisons. Fasciné par le pouvoir qu’elles exercent, il les retranscrit ensuite avec un langage de programmation. Charles Sandison utilise des outils informatiques pour faire de la poésie. À partir d’algorithmes et de programmes informatiques, il crée un nouveau vocabulaire établi sur le champ de ses connaissances. Chacune de ses oeuvres, projections de mots ou de signes dans un lieu obscurci, s’adapte à l’architecture sur laquelle elles sont projetées. Ne rattez pas la salle du fond, magnifique projection en 360°!

Vue de l'exposition Charles Sandison à la Galerie Yvon Lambert, Paris. Courtesy of the artist, Yvon Lambert. Crédit photo: Didier Barroso.

Charles Sandison, Remarks on color 1 (bluish yellow reddish green), 2010. Computer code on LCD screen, 110 x 66 x 13 cm. Edition of 5 + 1 AP. Courtesy of the artist, Yvon Lambert. Crédit photo: Didier Barroso.

Galerie Yvon Lambert, jusqu’au 7 février 2010, 108 rue Vieille-Du-Temple, 75003 Paris.
Ouverture du mardi au vendredi de 10h à 13h et de 14h30 à 19h et le samedi de 10h à 19h.


Incontournables

La splendeur des Camondo, de Constantinople à Paris (Musée d’art et d’histoire du judaïsme, jusqu’au 7 mars 2010).
Banquiers des vizirs au début du 18ème siècle, les Camondo prennent place à Paris (où ils émigrent vers 1870) au premier rang des familles de collectionneurs et mécènes de la fin du 19ème siècle. Grâce aux prêts des institutions héritières des legs Camondo, l’exposition fait revivre, à travers des sculptures chinoises et des estampes japonaises (musée Guimet), des dessins du XVIIIème siècle (musée du Louvre), des œuvres de Delacroix, Boudin, Manet, Monet, Renoir… (Musée d’Orsay), la splendeur d’une famille et les derniers feux d’un siècle.

James Ensor (Musée d'Orsay, jusqu'au 4 février 2010).
Malgré une mise en scène cafouilleuse, venez découvrir le monde merveilleux et atypique de cet inclassable peintre belge qui vécut en marge de ses contemporains. Ses bals masqués et ses danses macabres vous feront voyager dans le temps et plonger dans un univers résolument original.

Pierre Soulages (Centre Pompidou, jusqu'au 8 mars 2010).
A la veille de son 90ème anniversaire, le Centre Pompidou consacre une – très - grande rétrospective au peintre "de l'outrenoir". Dans l’espoir d’une dation (?), le Centre Pompidou propose une réflexion brillante sur la couleur noire.


Tatyana Franck

* Informations sur les Galeries parisiennes sur le site de la Fondation Ricard:
http://fondation-entreprise-ricard.com/galeries-mode-d-emploi/
et sur le site
www.paris-art.com/

* Informations sur les Musées parisiens sur le site
http://www.picturalissime.com/expo_paris_exposition_france.htm

laisser un commentaire


Janvier- Février 2010: Le futur du contemporain est à Belleville

Janvier-Février 2010: le marais des merveilles

Novembre-Decembre 2009