11 Décembre 2012

Art d'après-guerre: Vente du 16 décembre 2012 à l’Hôtel des Chevaux –Légers

Par Gwenola Le Cloirec
 
Le 16 décembre prochain Maître Olivier Perrin et Gilles Frassi présenteront à l’Hôtel des Chevaux–Légers une nouvelle fois un ensemble d’œuvres de la peinture d’après guerre faisant le lien entre abstraction et figuration.
 
Pour citer un des maîtres de l’abstraction : une composition de 1961 de Serge Poliakoff[1] alliant parfaitement les bleu, rouge et jaune
 
 
 
Serge POLIAKOFF, composition, 1961, huile sur toile signée en bas à droite
 
 
viendra se confronter à une autre figure de l’abstraction, mais lyrique : Georges Mathieu. Dans une magnifique toile de 1957, « L’Assassinat du Connétable Clisson »[2], la force de son geste proche de la calligraphie prend toute sa dimension sur ce fond rouge vif. L’abstraction française et son chef de file Pierre Soulages sera présent par une œuvre sur papier : un brou de noix intense de 1954.
 
 

 
Georges Mathieu, Assassinat du connetable de Clisson, 1957, huile sur toile signée en bas à droite
 
 
Un important tableau de Simon Hantai ornera également les cimaises de Versailles avec un pliage «  Hommage à Pierre Reverdy » de 1969[3].
 
 
 
Simon HANTAI, ETUDE POUR PIERRE REVERDY, 1969, huile sur toile monogrammée en bas à droite
 
 
Dans cette série l’artiste utilise une seule couleur, ici un vert profond et puissant. Parmi les classiques viendront compléter cet ensemble : une matériologie de Jean Dubuffet, une toile d’Alfred Manessier ainsi qu’un pastel de Sam Szafran[4].
 
 
 
Sam SZAFRAN, ESCALIER BELLINI, 1972, pastel sur papier signé
 
 
Ce dernier fait son retour à Versailles avec un ses thèmes de prédilection : un escalier. Cependant, ici il ne s’agit pas d’un immeuble mais de l’atelier Bellini. Dans cette série réalisée en 1972, Szafran privilégie toujours la vue plongeante qui lui est chère et dans notre cas de nuit. Ce qui pourrait déranger au premier abord, fait la force de ce pastel : la figure à gauche, passive, qui n’est pas sans nous rappeler les œuvres d’Edward Hopper, artiste américain à l’honneur au Grand palais cet automne. Autre point fort de ce papier : son cadrage qui semble plus tiré du 7e art plus que des principes de la peinture, du cinéma des années 1950-1960 et notamment celui d’Alfred Hitchcock. Un Split-screen qui lui donne toute sa force.[5]
 
Il ne faudrait pas oublier de noter l’œuvre phare de cette vente : une magnifique toile de Maria Elena Da Silva «  Entre le chemin et la nuit » de 1961[6]. L’artiste arrive, comme elle sait si bien le faire, à suggérer entre abstraction et figuration cette perspective qu’elle affectionne et qui est partie intégrante de son œuvre. Tant par sa qualité que par sa taille, cette huile est une forme d’aboutissement de son art.
 
 
 
Maria Elena VIEIRA DA SILVA, ENTRE LE CHEMIN ET LA NUIT, 1961, huile sur toile signée et datée en bas à droite
 
 
En contre-pied à cette abstraction, la figuration narrative sera à nouveau à l’honneur avec Peter Klasen, Monory, Gérard Fromanger ou encore Bernard Rancillac et Erro. De ces deux artistes nous pouvons mentionner deux toiles plus qu’intéressantes, pouvant être considérées comme des chefs d’oeuvres.
 
Tout d’abord, Bernard Rancillac avec « Mélodie sous les palmes »[7], sous ses airs colorés et joyeux nous rappelle la symbolique politique que le mouvement a porté parmi ses membres. Cette toile peinte en 1965, soit juste après le début de la guerre du Viêt-Nam, n’est pas sans coïncidence. Elle peut être accrochée dans les deux sens. La douce créature des Iles qui nous attire le regard, le détourne dans le même temps de l’avion aux couleurs de la Navy fonçant droit sur nous. Cette toile a une vraie dimension historique et politique qui lui donne tout son intérêt et qui est chère à Bernard Rancillac.
 
 
 
Bernard RANCILLAC, MELODIE SOUS LES PALMES, 1965, Acrylique sur toile signée, titrée et datée au dos.195 x 130 cm
 
 
Gudmundur Erro dans son « Pop Queen » [8] fait lui un lien direct entre le Pop Art et la figuration narrative en citant l’œuvre de Richard Hamilton qui inspira le nom du mouvement anglo-saxon. Cette filiation donne une force à ce mouvement à une époque où l’abstraction était reine.
 
 
 
Gudmundur ERRO, THE POPULAR QUEEN, 1967, Acrylique sur toile signée, titrée et datée au dos
 

D’autres artistes français ou étrangers (Zao Wou-Ki, Chu Teh Chun, Sam Francis…) seront également sous les feux des enchères pour le bonheur de tout collectionneur.
 
 
Hotel des Chevau-Légers 3 impasse des chevau-légers 78000 Versailles
Vente le 16 décembre à 14h30
 


[1] Serge POLIAKOFF, COMPOSITION BLEU, ROUGE, JAUNE, BLANC, 1961, Huile sur toile signée en bas à droite.116,5 x 89 cm estimation 150 000/200 000€
 
[2] Georges MATHIEU, « ASSASSINATDU CONNETABLE DE CLISSON », 1957, huile sur toile signée et datée en bas à droite. 97 x 195 cm. Estimation 200 000/250 000€
[3] Simon HANTAI, « ETUDE POUR PIERRE REVERDY », 1969, Acrylique sur toile monogrammée et datée en bas à droite.242 x 210 cm estimation 300 000/400 000€
 
[4] Sam SZAFRAN, « ESCALIER DE L’IMPRIMERIE BELLINI », 1974, Pastel sur papier signé en bas à gauche 78 x 58 cm estimation 100 000/150 000€
[5] Estelle Pietrzyk, «L'escalier Bellini : le principe de l'image dans l'image »
[6] Maria Elena VIEIRA DA SILVA, « ENTRE LE CHEMIN ET LA NUIT », 1961, huile sur toile signée et datée en bas à droite. 97 x 130 cm. Estimation 350 000/400 000e
[7] Bernard RANCILLAC, « MELODIE SOUS LES PALMES », 1965, Acrylique sur toile signée, titrée et datée au dos.195 x 130 cm estimation 150 000/200 000€
 
[8] Gudmundur ERRO, « THE POPULAR QUEEN », 1967, Acrylique sur toile signée, titrée et datée au dos.
122 x 84 cm estimation 60 000/80 000€
 

laisser un commentaire


Pierre Soulages à Versailles

Art Moderne et Contemporain à Versailles

Art d'après-guerre: Vente du 16 décembre 2012 à l’Hôtel des Chevaux –Légers

Hôtel des Chevaux –légers, vente d’art contemporain d’après guerre du 1er juillet 2012

Un art « autre » dans les salons de Christie’s

Chez Christie’s, une vente prometteuse avec des fondations solides

Ventes d’art Contemporain de mai 2011 : New York promet du spectacle

Ventes d’Art Contemporain de décembre 2010 à Paris

NEW YORK

LONDON

PARIS, Ile de France, Province