April 26, 2010

Henri Michaux & Franklin Chow : traversée du temps, traversée de l’espace

Par Jeanne Calmont

 
 
Derniers jours de l’exposition Henri Michaux & Franklin Chow à la galerie Thessa Herold  passée maître dans l’art de mettre en perspective les artistes « historiques » (Michaux, Lam, Zao Wou-Ki, Wols...) de la galerie (fondée en 1970) et les artistes contemporains dont elle assure la promotion (Chow, Gabriela Morawetz, Pancho Quilici, Béatrice Helg, Flor Garduno…).
 
De mise en perspective il s’agit bien dans le remarquable accrochage de la rue du musée Picasso où Henri Michaux (1899-1984) et Franklin Chow (né en 1946) croisent leurs signes et leurs cultures, occidentale et chinoise.
 
De l’un, né en Belgique, arrivé à Paris dans les années 1920 où il se lie avec Paulhan et Supervielle, on connait l’oeuvre de poète et de peintre. A travers ces deux activités, Michaux aspire à rendre l’ « espace du dedans » qui l’habite.
L’écriture et l’art graphique inspiré de la calligraphie asiatique qu’il découvre lors de séjours en Asie sont autant de signes signifiants. Qu’il soit manuscrit ou plastique, le glyphe est expression du sens de l’espace intérieur.
Parmi les dix-sept œuvres exposées à la galerie Thessa Herold, trois dessins mescaliniens à l’encre de Chine témoignent de la quête spasmodique de l’artiste : à partir de 1955, l’expérience des hallucinogènes, de la mescaline en particulier, donne à ses œuvres et au réseau de signes qui les composent une morphologie inédite.
Commencée dans les années 1960, la série des grandes encres montre combien Michaux s’inspire de la pensée et de la calligraphie chinoise pour spatialiser sa pensée. A la perspective occidentale figée, il préfère la perspective mouvante de l’art chinois. Entretenu par la gestuelle de l’artiste à l’œuvre, le mouvement s’incorpore dans la forme elliptique et s’empare de la feuille. Dans ces signes noirs agglutinés sur la page blanche, la poésie entre en vibration et fait surface.
 
 
Henri Michaux, Dessin mescalinien, 1955, encre de Chine sur papier, 26 x 18 cm © galerie Thessa Herold
 
 
De l’autre né à Shanghai dans une famille d’experts et collectionneurs d’art chinois, installé à Londres au milieu des années 1960 où il travaille notamment chez Saatchi & Saatchi, les français connaissent moins l’œuvre, à la croisée de la Chine et de l’Occident.
 
Moins sismographique que l’œuvre de Michaux, elle n’en est pas moins complexe. Mais les turbulences de l’inspiration, Chow les draine dans la matière : l’huile de la tradition occidentale confrontée à l’encre de Chine ancestrale. Le rapport de force auquel participe la texture du papier et de la toile, se résout dans l’harmonie et l’abstraction de l’œuvre finale : grand format carré, tondo, diptyque…
Avec la série Braille commencée au début des années 2000, Chow accroit la visibilité sensuelle du dialogue entre les cultures et les disciplines en incorporant dans ses œuvres certains des instruments des lettrés chinois (sceaux, bâtons d’encre de Chine, pinceaux…).
Une œuvre comme le diptyque de 2007 exposé en avant-première à ArtParis (18-22 mars 2010) confirme combien Chow a le sens de l’équilibre : des joncs clairs et graciles rythment les trois-quarts de la surface de la toile peinte à l’huile et à l’encre de Chine avec une extrême économie de moyens et de couleurs.
Ecrivain, biographe de Picasso et auteur de la préface du catalogue de l’exposition, Pierre Daix rappelle à juste titre qu’: « […] il s’agit [pour l’artiste] d’instaurer des échanges, des tensions différentes qui nous absorbent dans la communication avec le chant des surfaces vibrantes et leur opposition à la radicalité des effractions noires ». Et d’ajouter « Avec Franklin Chow, la peinture nous happe à chaque fois dans des contrastes de champs visuels, nous engage dans des pénétrations d’espaces qui ne sont qu’à elle. Par des réseaux subtils de convergences et de rencontres, une poésie fascinante nous capte ».
 
 
Franklin Chow, Sans titre, 2007, encre de Chine, huile sur toile et joncs, 103 x 134cm (diptyque) © galerie Thessa Herold
 
 
 
Henri Michaux & Franklin Chow : traversée du temps, traversée de l’espace
Jusqu’au 30 avril 2010
Galerie Thessa Herold
7, rue de Thorigny
75 0003 Paris
01 42 78 78 68
galherold@free.fr
www.thessa.herold.com
 
Bibliographie : Henri Michaux & Franklin Chow : traversée du temps, traversée de l’espace, préface de Pierre Daix (85 pages, reproduction de toutes les œuvres exposées), Paris, Cepade SARL, 2010.

leave a comment


When Art Foretells a Grim Reality

Chagall, More Touching Than Ever

Fifty Shades of Gray

Mary Cassatt at The Mona Bismarck Foundation

From Paris to Hollywood

Pictures of France

Yue Minjun, The Chinese Clown

Dialogue on the Grand Canal

THE ANNENBERG FOUNDATION SUPPORTS FRENCH AND AMERICAN COLLABORATION THROUGH THE AMERICAN FRIENDS OF THE MUSEE D’ORSAY

Japan... One year later

Matisse, Matisse, Matisse …

David Shrigley: Brain Activity at the Hayward Gallery

Zarina Bhimji at the Whitechapel Gallery, London

Une aurore boréale nommée Akseli Gallen-Kallela

Doisneau dans les nuits des Halles

Les Stein : une famille et des peintres

La photographie s’expose

Munch moderne

Louis Valtat : à l’aube du fauvisme

En direct de Art Basel

Exposition Figures & Fictions, Photographie Contemporaine d’Afrique du Sud

Haute voiture

FAUVE QUI PEUT

Holy Daughters by Prune Nourry

« Et à part Monet ? » : les expositions d’art du XIXe siècle à Paris

Basquiat à l’honneur au Musée d’art moderne de Paris

Le rideau tombe sur l’Exposition Universelle

Pierre Ducellier dit Windorf (1944-2007) : un Peintre, deux vies, deux livres

Les grandes ventes d’art contemporain de novembre 2010 à New York

Marrakech Art Fair

Arles en Bleu

LaM s’ouvre - Première exposition publique d’art brut en France

Rashid Rana - Perpétuel Paradoxe - Musée Guimet

Les Rencontres de la Photographie in Arles : 40 years of existence

Happy Days à Aix en Provence- Rétrospective François Arnal

Angel Fernandez de Soto - Christie's Londres

La Peau de l’Ours, André Level et Pablo Picasso

Mind the Gap

Hopper, "Si on pouvait le dire avec des mots, il n'y aurait aucune raison de le peindre"

Art Basel 2010

Une artiste en voie de (pro)création : portrait d’une jeune artiste qui s’empare de la science

David Reimondo à la Galerie DiMeo à Paris

Interview de Mattieu Nicol, un des commissaires et responsable presse/partenariats de REVELATION, foire de photographie contemporaine

Death, Sex, Punishment and Springtime in Paris

Enchères records à New York, Vol record à Paris !

JAMES HOWARD- BLACK MONEY- London, 22 April through 21 May 2010

Débat Street Art à la NM Galerie avec ArtyParade en tant qu'intervenant !

BEN, « strip-tease intégral »

PAUL GAUGUIN, VERS LA MODERNITE

Skin Fruit: Art’s Sweeter on the Inside

Henri Michaux & Franklin Chow : traversée du temps, traversée de l’espace

Une vibration inaudible à l’oreille nue…*

Chic un dessin !

Art Paris, une foire digne d'un chenil !

Parade à l’Armory Show

Launched in 2008, the British Insurance Design Awards are the Oscars of Design.

Too great, Toorop !

« Turner et ses peintres » au Grand Palais : coup commercial ou véritable innovation ?

Du nouveau au Louvre ? Oui mais du contemporain !

Have a Coke for Islam! Adel Abidin exposes at the Kiasma Museum for Contemporay Art, Helsinki, Finland February 12th – April 25th 2010

Le design comme invention

Aimer avec un pinceau, éduquer avec un regard

Performance by Fabien Breuvart on the evening of the Paris Phato 09 private showing… or photographic “raw art” !

New York Sales: Sotheby's 1 – Christie’s 0.5

Fiac 2009 : finally, an international commercial exposition in Paris

Fireworks from Fabien Giraud and Raphaël Siboni, FIAC 2009

The bubble having burst, Frieze seems to have lost its fizz