February 12, 2012

Doisneau dans les nuits des Halles

Par Julien Beauhaire
 
Alors qu’on redessine à nouveau le quartier sensible des Halles, la mairie de Paris ressuscite jusqu’au 28 avril les halles de Baltard et son marché captés par Robert Doisneau.
 
Partant du remarquable livre-enquête de Vladimir Vasak*, Annette Doisneau et Francine Deroudille, les filles de l’artiste, exposent plus de deux-cents clichés, vintage pour la plupart, dont certains en couleurs.
Dès la première photographie, l’analepse opère et on est replongé dans cette « musique, fracas de tous les diables dans l’opéra de tous les jours », selon les mots de l’ami Prévert. Le carreau, les poissons-pilotes, le carré des merdeux, les forts, les glaneurs (déjà !) ou les tasseurs se découvrent sous les objectifs des Leica et Rolleiflex de l’homme à qui les modèles souriaient. « Je me moque du noctambule qui n’y trouvera plus le bain de fraîcheur après les plaisirs frelatés de la nuit, mais je pense à l’homme à la dérive, sans amis, dans la ville endormie où les téléphones sont muets, il accostait aux Halles, un peu de chance, il y trouvait de quoi vivre ; un peu de chance encore. Il était adopté », écrivait-il.
 
 
Portrait à la cigarette, 1967 © Robert Doisneau
 
 
Par-delà les maraîchers, ce sont les pavillons de l’architecte Victor Baltard, achevés en 1866, qui sont également le théâtre de ce ballet où s’agitent près de 5 000 personnes. Doisneau y prend sa première photo (Les Filles au diable) en 1933, au pied de l’église Saint-Eustache. Il y restera quarante ans. Sans doute en communion avec l’esprit de camaraderie qui y règne, malgré une insalubrité qui effraie la technocratie de l’époque : « Je voulais passer une nuit par semaine dans les nuits des Halles. Je me levais donc à trois heures du matin à Montrouge pour me rendre là bas, parmi les travailleurs de l’aube, ceux qui déchargeaient les camions, ceux qui mettaient la marchandise en place. Difficiles à photographier, manque de lumière, reflexes ralentis par la fatigue, tellement d’images possibles. Et puis c’était intimidant. Mais je me suis accroché. Je savais que cela allait disparaître. Je voulais absolument en fixer le souvenir. »
 
 
Les filles au diable, Paris 1933 © Robert Doisneau
 
 
En effet, dès les années 1960, le quartier est menacé et en 1971 les pelleteuses rasent purement et simplement les Halles. Désormais, tout se passera à Rungis. Rien ne sera plus comme avant. Le photographe, souvent aussi habile avec les mots qu’avec les vitesses d’obturation déplore : « J’y avais beaucoup d’amis, dans cette sorte de village j’étais photographe inoffensif considéré comme un doux maniaque, aussi je ne peux rien comprendre aux conceptions des technocrates imbibés de géométrie. Tout ceci va diamétralement à l’inverse de ce que je venais chercher dans les nuits des Halles. » Paris a perdu « son ventre et un peu de son esprit ». Les photographies de Robert Doisneau les restaurent pour l’éternité.
 
 
 
Les Halles printemps 1964 © Robert Doisneau
 
 
 
Doisneau, Paris Les Halles, à la mairie de Paris, jusqu’au 28 avril 2012. Gratuit.
 
 
 
*Doisneau, Paris Les Halles, de Vladimir Vasak (Flammarion, 160 pages, 30 €)

leave a comment


When Art Foretells a Grim Reality

Chagall, More Touching Than Ever

Fifty Shades of Gray

Mary Cassatt at The Mona Bismarck Foundation

From Paris to Hollywood

Pictures of France

Yue Minjun, The Chinese Clown

Dialogue on the Grand Canal

THE ANNENBERG FOUNDATION SUPPORTS FRENCH AND AMERICAN COLLABORATION THROUGH THE AMERICAN FRIENDS OF THE MUSEE D’ORSAY

Japan... One year later

Matisse, Matisse, Matisse …

David Shrigley: Brain Activity at the Hayward Gallery

Zarina Bhimji at the Whitechapel Gallery, London

Une aurore boréale nommée Akseli Gallen-Kallela

Doisneau dans les nuits des Halles

Les Stein : une famille et des peintres

La photographie s’expose

Munch moderne

Louis Valtat : à l’aube du fauvisme

En direct de Art Basel

Exposition Figures & Fictions, Photographie Contemporaine d’Afrique du Sud

Haute voiture

FAUVE QUI PEUT

Holy Daughters by Prune Nourry

« Et à part Monet ? » : les expositions d’art du XIXe siècle à Paris

Basquiat à l’honneur au Musée d’art moderne de Paris

Le rideau tombe sur l’Exposition Universelle

Pierre Ducellier dit Windorf (1944-2007) : un Peintre, deux vies, deux livres

Les grandes ventes d’art contemporain de novembre 2010 à New York

Marrakech Art Fair

Arles en Bleu

LaM s’ouvre - Première exposition publique d’art brut en France

Rashid Rana - Perpétuel Paradoxe - Musée Guimet

Les Rencontres de la Photographie in Arles : 40 years of existence

Happy Days à Aix en Provence- Rétrospective François Arnal

Angel Fernandez de Soto - Christie's Londres

La Peau de l’Ours, André Level et Pablo Picasso

Mind the Gap

Hopper, "Si on pouvait le dire avec des mots, il n'y aurait aucune raison de le peindre"

Art Basel 2010

Une artiste en voie de (pro)création : portrait d’une jeune artiste qui s’empare de la science

David Reimondo à la Galerie DiMeo à Paris

Interview de Mattieu Nicol, un des commissaires et responsable presse/partenariats de REVELATION, foire de photographie contemporaine

Death, Sex, Punishment and Springtime in Paris

Enchères records à New York, Vol record à Paris !

JAMES HOWARD- BLACK MONEY- London, 22 April through 21 May 2010

Débat Street Art à la NM Galerie avec ArtyParade en tant qu'intervenant !

BEN, « strip-tease intégral »

PAUL GAUGUIN, VERS LA MODERNITE

Skin Fruit: Art’s Sweeter on the Inside

Henri Michaux & Franklin Chow : traversée du temps, traversée de l’espace

Une vibration inaudible à l’oreille nue…*

Chic un dessin !

Art Paris, une foire digne d'un chenil !

Parade à l’Armory Show

Launched in 2008, the British Insurance Design Awards are the Oscars of Design.

Too great, Toorop !

« Turner et ses peintres » au Grand Palais : coup commercial ou véritable innovation ?

Du nouveau au Louvre ? Oui mais du contemporain !

Have a Coke for Islam! Adel Abidin exposes at the Kiasma Museum for Contemporay Art, Helsinki, Finland February 12th – April 25th 2010

Le design comme invention

Aimer avec un pinceau, éduquer avec un regard

Performance by Fabien Breuvart on the evening of the Paris Phato 09 private showing… or photographic “raw art” !

New York Sales: Sotheby's 1 – Christie’s 0.5

Fiac 2009 : finally, an international commercial exposition in Paris

Fireworks from Fabien Giraud and Raphaël Siboni, FIAC 2009

The bubble having burst, Frieze seems to have lost its fizz