May 12, 2011

« Un événement considérable, le plus important sans doute depuis Van Gogh [...]. Wols a tout pulvérisé [...]. Après Wols tout est à refaire » (Georges Mathieu)

Exposée en 1947 à la Galerie René Drouin, La Flamme est à bien des égards une œuvre exceptionnelle. Elle figure dans la première exposition monographique des œuvres de l'artiste allemand installé à Paris en 1932. Elle compte en outre parmi les quelques seules quatre-vingts huiles sur toile répertoriées du peintre. Elle est enfin, pour la première fois depuis 1948 où elle fut directement acquise à la Galerie Drouin, présentée sur le marché.

May 12, 2011

Nicolas de STAEL « Depuis ce soir-là je roule de France en Sicile, de Sicile en Italie [...]. Le point culminant fut Agrigente »

Agrigente est ce point culminant auquel Nicolas de Staël fait référence dans la lettre qu'il adresse en septembre 1953 à son marchand Jacques Dubourg. De Rome à Assise en passant par Tivoli, Ravenne, Naples et les sites de Pompéi, Paestum et Syracuse, le séjour en Italie mène Staël à Agrigente, sous le soleil de plomb du mois d'août 1953. De retour en France, ressurgissent les paysages insolés de Sicile. Entre la fin de l'année 1953 et l'été 1954, installé à Ménerbes dans le Vaucluse, Staël peint dix-neuf vues d'Agrigente dont celle présentée par Sotheby's.

May 04, 2011

Un colosse disparaît : JOHN MCCRACKEN ou la sculpture minimaliste américaine

John McCracken, souvent incompris, parfois difficile d’accès et sous-estimé, est pourtant l’une des figures les plus iconiques de l’art conceptuel américain des années 1960. Il a largement contribué à l’ouverture de l’art minimal vers de nouveaux horizons, utilisant un vocabulaire de lumière, de spatialité, de monumentalité et de silence, sur un fil entre peinture et sculpture ; l’homme vient de nous quitter à l’âge de 76 ans. Ses œuvres, elles, nous donneront du présent à l’infini.
 
John Harvey McCracken est né le 9 décembre 1934 à Berkeley en Californie, fils d’un ingénieur et inventeur. Après ses études, il s’engage dans la Navy et rejoint plus tard le California College of Arts and Crafts d’Oakland, dont il obtient le Bachelor of Fine Arts en 1962. Devenu célèbre par ses formes neutres qu'il appelle « planches », il fait parti des artistes minimalistes incontournables.
May 01, 2011

Pablo Picasso, Femme agenouillée se coiffant, 1906 ou les techniques de bronzes d’art

Si les qualités techniques ou le nombre d’exemplaire des sculptures en bronze réalisées par Picasso au début du XXe siècle restent méconnues, Femme agenouillée se coiffant fait figure d’exception, l’œuvre étant relativement bien documentée. Picasso a réalisé la céramique originale de Femme agenouillée, aussi appelée La Coiffure à Paris, au retour de Gosol, pendant l’été - automne 1906, dans l’atelier du sculpteur Paco Durrio...
April 30, 2011

Simon Hantai, Pour Pierre Reverdy entre couleur, lumière et hommages

Parmi les œuvres d’art abstrait et contemporain qui ont été présentés à Versailles le 17 avril dernier, une œuvre intitulée Pour Pierre Reverdy réalisée par Simon Hantai en 1969 a attiré notre attention.
Peintre d’origine hongroise, Simon Hantai arrive à Paris en 1948 à l’âge de 26 ans. Son œuvre, d’abord surréaliste, prendra une direction opposée de celle d’André Breton, alors qu’il était un de ses protégés, notamment à la découverte de l’œuvre de Jackson Pollock lors de l’exposition de ce dernier à la galerie Fachetti en 1952 et du musée d’Art Moderne en 1953.
November 09, 2010

Pleins phares sur une paire d’appliques en bronze doré

Des quelques 272 lots de Mobilier, Sculptures et Objets d’Art mis en vente le 9 novembre chez Sotheby’s (Paris), l’éclat du bronze doré d’une paire d’appliques aux tournesols (lot 73) attribuées à Jacques Caffieri (1678-1755) a de quoi mettre le feu aux enchères.
En plus d’attiser ma convoitise, elles sont l’occasion d’évoquer la technique du bronze d’ameublement au temps des Louis et d’en comprendre la réputation. Que les amateurs parlent de la « peau d’un bronze » comme le prétendant parle d’un coup de foudre ne va pas, loin sans faut, sans raison.
March 22, 2010

L’étoile Polaire

L’édition très récente du catalogue raisonné de l’artiste catalan Jean Sala (1869-1918) permet d’aborder de nombreux points sur la peinture à la charnière des XIXème et XXème siècles.

Nous ne nous intéresserons pas à la peinture publicitaire, ni aux paysages ou aux scènes de genre, mais plutôt à un modèle de Jean Sala : l’actrice Polaire. C’est l’occasion de revenir sur une des artistes les plus illustres du début du XXème siècle.

February 23, 2010

Trois petits dessins pour un grand artiste : Henri de Toulouse-Lautrec

Parmi les 5000 dessins que compte l’œuvre de Toulouse-Lautrec (1864-1901), deux petites encre de chine et un dessin à la mine de plomb fort enlevés se sont vendus le 31 janvier dernier à Albi (Hôtel des ventes du Tarn). Célèbre pour sa manière de croquer le Paris Fin-de-Siècle des cabarets, Toulouse-Lautrec fait partie de ces artistes symptomatiques d’une époque effervescente où, entre deux french cancans et au rythme de la succession des mouvements artistiques, fleurissent revues, journaux et albums d’estampes...

 
Toulouse-Lautrec, Perroquet, 1899, encre de chine, 15,5 x 11,3cm © Philippe Amigues, Hôtel des ventes du Tarn, adjugé 5 400 euros le 31 janvier 2010.


February 05, 2010

Paul Colin (1892-1985). Le Tumulte Noir. 1929. Lithographie et coloris au pochoir.

En 1929, Paul Colin réalisa cet album en hommage à la « folie noire » qui s’était emparée de Paris avec l’apparition du jazz, et surtout l’arrivée de Josephine Baker et de sa troupe : la Revue Nègre  enflamma en effet le Théâtre des Champs-Élysées en 1925 par sa nouvelle danse débridée, le charleston, que Jospehine Baker dansait juchée sur un tambour géant.

Paul Colin (1892-1985), Josephine Backer in Le Tumulte Noir, 1929, lithographie et coloris au pochoir. Courtesy Ader

December 21, 2009

A deux faces : Portrait de Picasso par Dora Maar

Sotheby's, Paris.

1936 : un an après leur rencontre à la terrasse des Deux Magots, Dora Maar (Henriette Markovitch de son vrai nom, 1907-1997) peint le Portrait de Picasso (1881-1973).

Estimée 120 000 – 180 000 euros, l’œuvre provenant de la collection Pierre Leroy (au sujet duquel Philippe Sollers écrit : « Les collectionneurs sont des gens étranges, des maniaques de la mémoire concrète, des spécialistes de l’ombre. Voyez Pierre Leroy ! Il n’a l’air de rien, il parle peu, il connait les vraies affaires mieux que personne, mais il reste constamment en attente, en alerte, à la limite de l’effacement. Et puis tout à coup, poker : une vente chez Sotheby’s) et reproduite en couverture du catalogue de la vente de l’atelier de Dora Maar où Pierre Leroy l’acquiert en 1998, a été adjugée 480 750 euros chez Sotheby’s (Paris) le 9 décembre dernier.

Poker donc pour cette huile sur toile décrite comme la plus belle œuvre peinte de l’artiste dont on connait surtout les photographies surréalistes et la qualité de muse, maîtresse, modèle...

« Un événement considérable, le plus important sans doute depuis Van Gogh [...]. Wols a tout pulvérisé [...]. Après Wols tout est à refaire » (Georges Mathieu)

Nicolas de STAEL « Depuis ce soir-là je roule de France en Sicile, de Sicile en Italie [...]. Le point culminant fut Agrigente »

Un colosse disparaît : JOHN MCCRACKEN ou la sculpture minimaliste américaine

Pablo Picasso, Femme agenouillée se coiffant, 1906 ou les techniques de bronzes d’art

Simon Hantai, Pour Pierre Reverdy entre couleur, lumière et hommages

Pleins phares sur une paire d’appliques en bronze doré

L’étoile Polaire

Trois petits dessins pour un grand artiste : Henri de Toulouse-Lautrec

Paul Colin (1892-1985). Le Tumulte Noir. 1929. Lithographie et coloris au pochoir.

A deux faces : Portrait de Picasso par Dora Maar

Joli prix pour une majolique

Of flesh and money: a skyrocketting price for a nude photography by Atget

A pack of cigarettes as an Art Deco jewel

Remarkable furniture by Two Cabinet Makers