13 Mai 2014 16:41

Si l’Orient Express m’était conté…

Par Julien Beauhaire

Il faut imaginer la révolution pour l’époque : rouler dans un même train à travers plusieurs pays en changeant simplement de locomotive et de technicien. « Le Bosphore est devenu une banlieue de la Seine », écrit Edmond About dans Le Figaro lors du voyage inaugural. Aujourd’hui restauré, rénové et rééquipé – la cigarette se consume dans le cendrier, la bouteille de Pétrus est pleine, le journal du jour dissimule un écran qui diffuse un film d’actualité de l’époque, une bande son reproduit les dialogues des passagers célèbres et même le fauteuil capitonné vibre au passage des rails –, le décor semble intact et figé depuis plus de 130 ans.
On passe entre les compartiments en pensant à Agatha Christie, Ian Flemming, Mata Hari ou Lawrence d’Arabie. Si les plafonds en cuir repoussé de Cordoue, les bas-reliefs en cristal Lalique, les tapisseries des Gobelins ou les rideaux en velours de Gênes invitent à revivre la fastueuse épopée, ils incitent surtout au voyage… dans le temps, entre l’Occident et l’Orient.
Description : M:Pole GraphiqueMAGAZINE_DSFDDSFD 160_Mai_2014Maquette-Arts de vivreExposImagesVue de la voiture Train Bleu..jpg
Vue de la voiture Train Bleu
 
Il était une fois l’Orient Express, jusqu’au 31 août 2014, à l’Institut du monde arabe.
À noter, le grand chef multi-étoilé Yannick Alléno propose un dîner à bord du wagon-restaurant en partenariat avec Potel et Chabot (120 et 160 €). www.yannick-alleno.com (http://www.yannick-alleno.com)
Description : M:Pole GraphiqueMAGAZINE_DSFDDSFD 160_Mai_2014Maquette-Arts de vivreExposImagesYA Geoffroy de Boismenu.JPG
© Geoffroy de Boismenu

laisser un commentaire



http://artyparade.com/flash-news/114