17 Décembre 2009

Aimer avec un pinceau, éduquer avec un regard

Par Tatyana Franck

Qu’ils soient sages ou pas, emmenez vos enfants ou vos filleuls voir l'exposition Les enfants modèles, de Claude Renoir à Pierre Arditi au Musée de l'Orangerie. Rafraichissante, cette exposition présente des portraits d’« enfants modèles », ou plutôt des enfants servant de modèles. Vous y verrez notamment les fils ou filles de Claude Monet, Maurice Denis, Pablo Picasso, Françoise Gilot, Georges Sabbagh, Chana Orloff, des nièces ou des neveux d’André Derain et de Pierre Bonnard, ou les « enfants par procuration » d’Édouard Vuillard, ceux de ses mécènes pour lesquels il eut une réelle affection.

Certains tableaux sont des chefs d’œuvres, d’autres de simples souvenirs de famille mais cet ensemble d’une centaine d’œuvres forme un panorama touchant de la grande famille de l’histoire de l’art moderne. Cette exposition, idéale pour une sortie en famille au moment des fêtes, propose de partager les séances de pose de ces jeunes modèles. Certains enfants ont posé de bon gré, d’autres dans l’indifférence, dans l’incompréhension ou bien à contrecœur… cela se voit parfois sur leurs visages même si le reflet est moins limpide qu’avec le médium photographique. Certains furent turbulents comme Jean-Paul Belmondo, d'autres «sages comme des images». Cela offre nombre de possibilités d’identification pour les jeunes visiteurs… Ce sont ces Enfants Modèles qui nous intéressent ici, leurs portraits et surtout ce qu’ils en disent. Plusieurs enfants modèles ont laissé des témoignages écrits, d’autres en ont parlé, certains en parlent encore. Aux plus jeunes, le catalogue et l’exposition donnent la parole. Ces « bons petits diables », avec leurs mots, nous révèlent que l’attrait pour le jeu, les copains de la rue, les rêveries solitaires dont on a si besoin à leur âge, l’emportaient le plus souvent sur cette marque de tendresse voulue par l’artiste. C’est ainsi que, « coincé » tout de même pour « faire plaisir », Jean-Marie Le Breton aurait préféré courrir les champs, Jean-Paul Belmondo remonter le couloir de l’appartement familial en patin à roulettes, et Pierre Arditi pouvoir enfin descendre de sa chaise rouge où son père l’avait vissé.

Avec le recul, les enfants d’artistes reconnaissent unanimement la chance qu’ils ont eue d’avoir vécue cette expérience de l’éducation du regard à domicile. Le spectateur se demandera – mais pas trop sérieusement ! - si le portrait de Claude Lévi-Strauss sur un cheval mécanique, œuvre de son père, le détermina à partir à la découverte des Tristes tropiques… Peindre un enfant n’est pas non plus de tout repos. Certains artistes en ont parlé dans leurs souvenirs, toutes sortes de stratagèmes ont été utilisés pour les faire tenir tranquilles. Ces « bons petits diables » posaient alors seuls en arborant les attributs que leurs parents artistes avaient délibérément choisis pour eux – habits de Pierrot ou de clowns, cheval de bois, maillet pour le croquet, cerceau, poupée de chiffons, voilier de bassin – ou bien, plus librement, affairés à l’une de leurs occupations favorites. Ces jouets ou costumes – parfois véritables reliques – animent le parcours de l’exposition. Est-ce que le voilier de Jean Sabbagh, tenu avec vénération, fut le début d’un engagement qui le mena à la plus haute marche de l’Amirauté ? Quoiqu’il en soit, les féministes auront de fait une excellente occasion de s"émouvoir de la forte distinction fille / garçon tant en matière d’accessoires que de poses… Pourtant, l’ambition de cette exposition était, selon le directeur du musée Emmanuel Bréon, de tordre le cou aux convenances, se passer des commentaires, apprendre à voir avec les yeux de l’enfant…

Les histoires de familles sont souvent des histoires d’incompréhension… tout est une question de perception. Si certains artistes, comme Claude Monet, ne s'inspirèrent que peu de leur entourage immédiat, d’autres en firent presque un sujet de prédilection, tels Eugène Carrière, Pierre-Auguste Renoir, Mary Cassatt, Maurice Denis, Georges Sabbagh ou Pablo Picasso. Chez Picasso, père multiple, dans le couple qu’il forma avec Françoise Gilot, Claude et Paloma, leurs enfants communs, furent peints par l’un comme par l’autre. On apprendra que Claude Picasso, petit garçon, préférait et trouvait plus de fantaisie aux œuvres de sa mère. Au sujet des artistes qui n’ont pas d’enfants tels André Derain ou Pierre Bonnard, on découvre que l’on peut toujours s’inventer un « entourage ». Une belle composition ou plutôt recomposition picturale et familiale.

Et pour ceux qui ne se sont pas encore rendus au Musée de l'Orangerie depuis sa réouverture en 2006 après six années de travaux, courrez-voir ce musée qui fût aménagé en 1921 à l'initiative de Georges Clémenceau pour recevoir les Nymphéas de Claude Monet, ensemble mural monumental réalisé à Giverny, légué par l'artiste au lendemain de l'armistice du 11 novembre 1918. Les travaux de restauration effectués depuis 2000 ont permis de retrouver la configuration originelle du musée. Les Nymphéas, pensés comme le cœur vivant de l’Orangerie, sont à nouveau exposés sous la verrière qui a été totalement reconstituée. Faites également un tour au sous-sol pour admirer la collection de Paul Guillaume, grand marchand, inaugurée en 1966 composée de Renoir, Cézanne, Monet, Gauguin, Sisley, Picasso, Matisse, Derain, Modigliani, Utrillo, Le Douanier Rousseau, Marie Laurencin, Soutine, Van Dongen...

Les enfants modèles, de Claude Renoir à Pierre Arditi
25 novembre 2009 – 8 mars 2010
Musée de l’Orangerie, Jardin des Tuileries 75001 Paris
Horaires : Ouvert tous les jours, sauf le mardi, le 1er mai et le 25 décembre de 9h à 18h


laisser un commentaire


La toilette mise à nu

La part animale

L'inclassable Emmet Gowin

Les verts galants

Montmartre au sommet

Femmes berbères du Maroc

Miss Mapple et Mr Thorpe

Si l’Orient Express m’était conté…

Caillebotte à l’état de nature

À l’ouest d’Adams

Le glamour en vogue sur papier glacé

Dries Van Noten dévoile ses sources

Henri Cartier-Bresson : la tête, l’œil et le cœur

Braque met de la couleur aux formes

L’inclassable Félix Vallotton

Le testament Brassaï

Raymond Depardon se souvient

Quand la photo embaume

Rendez-vous en terre inconnue

Ecce homo

Camille Claudel sort de ses réserves

Sergio Larrain, le vagabond solitaire

Cet obscur objet du désir

Ferrante Ferranti, Itinerrances

Costa Gavras, carnets photographiques

Simon Hantaï dans l’art

Ron Mueck s’est fait chair

Photo et photo dans la photo

Keith Haring : pop et subversif

Oscar Niemeyer : de la courbe au cosmos

VENISE, MIROIR CAPTIF DE LA PHOTOGRAPHIE ?

Magiques Philippines !

Impressionnant Boudin

Laure Albin Guillot impose la photographie

La fabuleuse collection d'Howard Greenberg

When Art Foretells a Grim Reality

Chagall, plus touchant que jamais

Fifty Shades of Gray

De mémoire d’éléphant

Mary Cassatt at The Mona Bismarck Foundation

Paris à Hollywood

Clichés de France

Don Manuel

Yue Minjun, le clown chinois

Salvateur Dalí

Edward Hopper ou la fabrique de la mythologie américaine

Nous nous sommes tant aimés

Dialogue sur le Grand canal

Picasso, de Chirico, Léger et Picabia : Une moderne Antiquité, musée Picasso, Antibes

THE ANNENBERG FOUNDATION SUPPORTS FRENCH AND AMERICAN COLLABORATION THROUGH THE AMERICAN FRIENDS OF THE MUSEE D’ORSAY

Le Japon... un an après

Et Helmut Newton créa la femme

Matisse, Matisse, Matisse, …

L’héritage Berenice Abbott

David Shrigley: Brain Activity at the Hayward Gallery

Zarina Bhimji at the Whitechapel Gallery, London

Reflet dans un œil d’or

Une aurore boréale nommée Akseli Gallen-Kallela

Doisneau dans les nuits des Halles

Les Stein : une famille et des peintres

La photographie s’expose

Munch moderne

Louis Valtat : à l’aube du fauvisme

En direct de Art Basel

Exposition Figures & Fictions, Photographie Contemporaine d’Afrique du Sud

Haute voiture

FAUVE QUI PEUT

Holy Daughters par Prune Nourry

« Et à part Monet ? » : les expositions d’art du XIXe siècle à Paris

Basquiat à l’honneur au Musée d’art moderne de Paris

Le rideau tombe sur l’Exposition Universelle

Pierre Ducellier dit Windorf (1944-2007) : un Peintre, deux vies, deux livres

Les grandes ventes d’art contemporain de novembre 2010 à New York

Marrakech Art Fair

Arles en Bleu

LaM s’ouvre - Première exposition publique d’art brut en France

Rashid Rana - Perpétuel Paradoxe - Musée Guimet

Les Rencontres de la Photographie in Arles : 40 years of existence

Happy Days à Aix en Provence- Rétrospective François Arnal

Angel Fernandez de Soto - Christie's Londres

La Peau de l’Ours, André Level et Pablo Picasso

Mind the Gap

Hopper, "Si on pouvait le dire avec des mots, il n'y aurait aucune raison de le peindre"

Art Basel 2010

Une artiste en voie de (pro)création : portrait d’une jeune artiste qui s’empare de la science

David Reimondo à la Galerie DiMeo à Paris

Interview de Mattieu Nicol, un des commissaires et responsable presse/partenariats de REVELATION, foire de photographie contemporaine

Death, Sex, Punishment and Springtime in Paris

Enchères records à New York, Vol record à Paris !

JAMES HOWARD- BLACK MONEY- London, 22 April through 21 May 2010

Débat Street Art à la NM Galerie avec ArtyParade en tant qu'intervenant !

BEN, « strip-tease intégral »

PAUL GAUGUIN, VERS LA MODERNITE

Skin Fruit: Art’s Sweeter on the Inside

Henri Michaux & Franklin Chow : traversée du temps, traversée de l’espace

Une vibration inaudible à l’oreille nue…*

Chic un dessin !

Art Paris, une foire digne d'un chenil !

Parade à l’Armory Show

Créés en 2008, les Brit Insurance Design Awards sont au Design ce que les Oscars sont au Cinéma.

Too great, Toorop !

« Turner et ses peintres » au Grand Palais : coup commercial ou véritable innovation ?

Du nouveau au Louvre ? Oui mais du contemporain !

Have a Coke for Islam! Adel Abidin exposes at the Kiasma Museum for Contemporay Art, Helsinki, Finland February 12th – April 25th 2010

Le design comme invention

Aimer avec un pinceau, éduquer avec un regard

Performance de Fabien Breuvart le soir du vernissage de Paris Photo 2009… ou « l’art brut » photographique

Ventes de New York: Sotheby's 1 – Christie’s 0,5

La Fiac 2009 : une foire enfin internationale à Paris

Feu d'artifice de Fabien Giraud et Raphaël Siboni, FIAC 2009

Avec l’éclatement de la bulle, la Frieze apparaît beaucoup moins pétillante