23 Mars 2010

Créés en 2008, les Brit Insurance Design Awards sont au Design ce que les Oscars sont au Cinéma.

Par Eléonore Halluitte (eleonore@madebymeta.com /Meta – Production Manager)

Architecture, Mode, Mobilier, Graphisme, Interactif, Produit, Transport, chaque catégorie du Design est ainsi passée en revue chaque année par un parterre de juges, sélectionnés par le Design Museum de Londres, dont le fondateur n’est autre que le pape du Design lui-même, Sir Terence Conran. Le critère le plus important ? L’innovation, façon Avatar de James Camron, puis vient l’impitoyable qualité d’exécution où  le détail est roi, comme dans chacun des films de Tim Burton. En effet, la sphère du Design se définit par son ambition d’améliorer notre quotidien, que ce soit en le simplifiant, avec des produits tels que le Magimix vénéré par toutes nos mères, ou en le rendant plus beau, avec par exemple la transition du lecteur MP3 à l’IPod dessiné par Jonathan Ive pour Apple.

 

Jonathan Ive présentant IPod à la presse pour la toute première fois en 2001, Getty Images

Les Brit Insurance Design Awards n’ont peut-être que trois ans d’existence, mais ils reflètent déjà certaines tendances, et surtout dans la catégorie Mobilier. Le très controversé mouvement du design-art a vu son apogée en avril 2008, durant le salon du mobilier de Milan. Les pièces éditées cette année-là furent divisées en deux catégories. La première regroupa les pièces exploitant les formes mêmes du mobilier (chaise, table) pour créer des œuvres sculpturales, comme la Lovers Chair de L’Evolution Series de Nacho Carbonell, qui relie deux chaises indépendantes par un cocon de papier mâché. Cette série était certes plus ancrée dans une esthétique « grotesque » que fonctionnelle, elle n’en était pas moins le projet préféré des directeurs de la foire de Design Miami, qui l’ont nominée pour meilleur Mobilier 2009.

 

Lovers Chair par Nacho Carbonell. Evolution Series, 2008

La deuxième catégorie rassembla les designers qui suivirent le chemin inverse de création, en partant du monde de l’art et de l’artisanat pour créer ou réinventer certaines formes du mobilier. Le Néerlandais Tord Boontje, connu pour son esthétique poétique et surtout pour « Garland », un abat-jour édité par Habitat, fut ainsi également nominé pour Fig Leaf, une armoire entièrement réalisée par les meilleurs artisans français du bronze et de l’acier, et surtout par les maîtres anglais de l’email peint.  La qualité des savoir-faire qui a contribué à la création de cette Armoire, l’a alors propulsée dans la grande tradition du mobilier d’apparat du 18ème siècle, remettant ainsi la notion des arts décoratifs au goût du jour. 

 

Fig Leaf de Tord Boontje, présenté à Milan 2008 par Meta

Quel contraste alors que de voir les nominés, toujours dans la catégorie mobilier, de l’édition 2010 des Brit Insurance Design Awards. Certes, certaines pièces rappelèrent le Design-Art, comme les Extrusions en aluminium de l’architecte Thomas Heatherwick, néanmoins, la tendance était claire : les designers industriels ont repris la parole.

 

Extrusions de Thomas Heatherwick, 2009

Grands favoris, les autrichiens Katharina Mischer et Thomas Traxler, avec leur Idée d’un Arbre où la production automatique se conjuga avec l’énergie solaire. L’homme y céda sa place à une machine (en l’occurrence une tisseuse) uniquement actionnée par la lumière du jour. Chaque pièce  ainsi tissée n’était autre que le reflet de la luminosité du jour de fabrication. Autrement dit, un concept 100% dans l’esprit du milieu du design, où chaque élément était spécialement conçu pour sa fonction, et où cette fonction a eu pour but de contribuer à l’environnement de l’homme, que ce soit en termes pratiques, esthétiques et dans le cas présent, écologiques.

 

L’Idée d’un arbre par Katharina Mischer et Thomas Traxler, 2008

L’écologie et la simplicité de manufacture ont su véritablement faire mouche cette année, car ce furent ces mêmes qualités que l’on retrouva dans Grassworks de Jair Strashnow, le vainqueur de la catégorie Mobilier.  Grassworks était un ensemble de chaises, tables et autres étagères, réalisé exclusivement en bambou et qui ne nécessitait aucun outil pour les assembler. Chaque aspect de Grassworks incarna chacun des objectifs du design : l’innovation, par le choix du bambou encore largement sous-exploité comme matériau de construction ; la qualité technique d’exécution, en réactualisant les assemblages en queues d’aronde de l’ébénisterie traditionnelle ; l’amélioration de notre quotidien, en proposant des meubles faciles à monter et à démonter ; et pour finir, l’embellissement de nos intérieurs, par la légèreté et simplicité de leur ligne. Jair Strashnow ne pouvait donc que l’emporter.

 

 

 

Grassworks de Jair Strashnow, 2008 – 2009

 

De la folie créatrice du design-art, au retour aux sources du design, les Brit Insurance Design Awards 2010 ont su capter l’évolution des préoccupations du Design entre 2008 et 2009.  Celles-ci ne furent qu’à l’image de celles du monde actuel. La crise des subprimes et la récession économique sont clairement passées par les studios des designers en 2009. Avec un tel discernement, nous pouvons alors espérer que les Brit Insurance Design Awards nous révéleront l’année prochaine si ce changement d’humeur dans le Design, très marqué dans le Mobilier, était le reflet d’un simple manque de moyens ou un effet de mode politiquement correct suite à la crise ; ou si plus sérieusement, la crise a véritablement opéré comme un rappel à l’ordre aux vraies valeurs du design. Si la réponse apportée par les Brit Insurance Design Awards 2011 s’avère aussi juste que leur évaluation du design en 2008 et 2009, alors ces derniers auront toutes les chances de devenir l’événement incontournable du Design.

 

 

Pour plus d’informations, consulter designsoftheyear.com/

laisser un commentaire


La toilette mise à nu

La part animale

L'inclassable Emmet Gowin

Les verts galants

Montmartre au sommet

Femmes berbères du Maroc

Miss Mapple et Mr Thorpe

Si l’Orient Express m’était conté…

Caillebotte à l’état de nature

À l’ouest d’Adams

Le glamour en vogue sur papier glacé

Dries Van Noten dévoile ses sources

Henri Cartier-Bresson : la tête, l’œil et le cœur

Braque met de la couleur aux formes

L’inclassable Félix Vallotton

Le testament Brassaï

Raymond Depardon se souvient

Quand la photo embaume

Rendez-vous en terre inconnue

Ecce homo

Camille Claudel sort de ses réserves

Sergio Larrain, le vagabond solitaire

Cet obscur objet du désir

Ferrante Ferranti, Itinerrances

Costa Gavras, carnets photographiques

Simon Hantaï dans l’art

Ron Mueck s’est fait chair

Photo et photo dans la photo

Keith Haring : pop et subversif

Oscar Niemeyer : de la courbe au cosmos

VENISE, MIROIR CAPTIF DE LA PHOTOGRAPHIE ?

Magiques Philippines !

Impressionnant Boudin

Laure Albin Guillot impose la photographie

La fabuleuse collection d'Howard Greenberg

When Art Foretells a Grim Reality

Chagall, plus touchant que jamais

Fifty Shades of Gray

De mémoire d’éléphant

Mary Cassatt at The Mona Bismarck Foundation

Paris à Hollywood

Clichés de France

Don Manuel

Yue Minjun, le clown chinois

Salvateur Dalí

Edward Hopper ou la fabrique de la mythologie américaine

Nous nous sommes tant aimés

Dialogue sur le Grand canal

Picasso, de Chirico, Léger et Picabia : Une moderne Antiquité, musée Picasso, Antibes

THE ANNENBERG FOUNDATION SUPPORTS FRENCH AND AMERICAN COLLABORATION THROUGH THE AMERICAN FRIENDS OF THE MUSEE D’ORSAY

Le Japon... un an après

Et Helmut Newton créa la femme

Matisse, Matisse, Matisse, …

L’héritage Berenice Abbott

David Shrigley: Brain Activity at the Hayward Gallery

Zarina Bhimji at the Whitechapel Gallery, London

Reflet dans un œil d’or

Une aurore boréale nommée Akseli Gallen-Kallela

Doisneau dans les nuits des Halles

Les Stein : une famille et des peintres

La photographie s’expose

Munch moderne

Louis Valtat : à l’aube du fauvisme

En direct de Art Basel

Exposition Figures & Fictions, Photographie Contemporaine d’Afrique du Sud

Haute voiture

FAUVE QUI PEUT

Holy Daughters par Prune Nourry

« Et à part Monet ? » : les expositions d’art du XIXe siècle à Paris

Basquiat à l’honneur au Musée d’art moderne de Paris

Le rideau tombe sur l’Exposition Universelle

Pierre Ducellier dit Windorf (1944-2007) : un Peintre, deux vies, deux livres

Les grandes ventes d’art contemporain de novembre 2010 à New York

Marrakech Art Fair

Arles en Bleu

LaM s’ouvre - Première exposition publique d’art brut en France

Rashid Rana - Perpétuel Paradoxe - Musée Guimet

Les Rencontres de la Photographie in Arles : 40 years of existence

Happy Days à Aix en Provence- Rétrospective François Arnal

Angel Fernandez de Soto - Christie's Londres

La Peau de l’Ours, André Level et Pablo Picasso

Mind the Gap

Hopper, "Si on pouvait le dire avec des mots, il n'y aurait aucune raison de le peindre"

Art Basel 2010

Une artiste en voie de (pro)création : portrait d’une jeune artiste qui s’empare de la science

David Reimondo à la Galerie DiMeo à Paris

Interview de Mattieu Nicol, un des commissaires et responsable presse/partenariats de REVELATION, foire de photographie contemporaine

Death, Sex, Punishment and Springtime in Paris

Enchères records à New York, Vol record à Paris !

JAMES HOWARD- BLACK MONEY- London, 22 April through 21 May 2010

Débat Street Art à la NM Galerie avec ArtyParade en tant qu'intervenant !

BEN, « strip-tease intégral »

PAUL GAUGUIN, VERS LA MODERNITE

Skin Fruit: Art’s Sweeter on the Inside

Henri Michaux & Franklin Chow : traversée du temps, traversée de l’espace

Une vibration inaudible à l’oreille nue…*

Chic un dessin !

Art Paris, une foire digne d'un chenil !

Parade à l’Armory Show

Créés en 2008, les Brit Insurance Design Awards sont au Design ce que les Oscars sont au Cinéma.

Too great, Toorop !

« Turner et ses peintres » au Grand Palais : coup commercial ou véritable innovation ?

Du nouveau au Louvre ? Oui mais du contemporain !

Have a Coke for Islam! Adel Abidin exposes at the Kiasma Museum for Contemporay Art, Helsinki, Finland February 12th – April 25th 2010

Le design comme invention

Aimer avec un pinceau, éduquer avec un regard

Performance de Fabien Breuvart le soir du vernissage de Paris Photo 2009… ou « l’art brut » photographique

Ventes de New York: Sotheby's 1 – Christie’s 0,5

La Fiac 2009 : une foire enfin internationale à Paris

Feu d'artifice de Fabien Giraud et Raphaël Siboni, FIAC 2009

Avec l’éclatement de la bulle, la Frieze apparaît beaucoup moins pétillante