28 Avril 2010 16:25

PAUL GAUGUIN, VERS LA MODERNITE

Par Sandra Donnève-Baliozian

Le musée Van Gogh, en plus de rassembler les plus beaux chefs d’œuvre du peintre du même nom, propose en ce moment une exposition regroupant une soixantaine d’œuvres de Paul Gauguin et des membres de la future école de Pont-Aven. Emile Bernard, Charles Laval, Louis Anquetin ou Émile Schuffenecker, exposent au côté de Gauguin à la fin du XIXe siècle, dans une brasserie parisienne, le Café des Arts de Monsieur Volpini. Non conviés à l’exposition universelle de Paris en 1889, ceux qui rejetaient l’impressionnisme et le réalisme pour leur préférer le synthétisme, fondé sur la simplification des formes et des couleurs, se regroupèrent et espérèrent ainsi attirer quelques un des 32 millions de visiteurs de l’exposition universelle… Si l’exposition ne connu malheureusement pas un grand succès, le musée Van Gogh fait aujourd’hui honneur à Gauguin et ses confrères, et rend justice aux avant-gardistes de l’époque.

La première salle, au rez-de-chaussée, reconstitue au centre le café de l’époque, où sont disposées des chaises de bistro, de manière à ce que le visiteur puisse prendre le temps d’admirer d’un côté les gravures de Paul Gauguin, dites de la « suite Volpini », qui contrastent avec les peintures des membres de l’école de Pont-Aven, placées de l’autre côté de la pièce. Les onze estampes, zincographiées sur papier jaune, furent acquises par le musée Van Gogh en 2004, et présentent une technique de gravure moins connue que la lithographie. Des explications détaillées de cette méthode, ainsi qu’une vidéo, accueillent le visiteur au premier étage en haut des escaliers. Cette transition, entre la reconstitution du café, et les œuvres de Gauguin abordées par thèmes, est bienvenue et apporte une dimension technique à l’exposition. Ces estampes constituent également le fil conducteur de l’exposition, car elles reprennent des thèmes récurrents dans l’œuvre de Gauguin, thèmes dont l’on peut apprécier différentes réinterprétations lors de la suite de l’exposition.

 

Paul Gauguin (1848-1903), Soyez mystérieuses, Bas-relief en bois de tilleul polychrome, 1890, Paris, Musée d'Orsay, exposé en ce moment au musée Van Gogh

La scénographie de la dernière salle est judicieuse : au centre, des copies des gravures de la suite Volpini que le visiteur peut consulter à sa guise. Sur les côtés, des huiles sur toile, dessins, sculptures en bois, céramiques, de Gauguin, regroupés en quatre thèmes, chers à l’artiste : arlésiennes, paysannes bretonnes, femmes se baignant, et paysages, portraits et natures mortes exotiques. A chaque étape, un panneau explicatif guide le visiteur.

 

Paul Gauguin (1848-1903), Bretonnes dansant, Huile sur toile, 1888, Washington, National Gallery of Art

Cette exposition, relativement courte comparée aux grandes expositions habituelles, offre en réalité une durée de visite parfaite. Très claire, elle introduit le novice au synthétisme et présente parmi les plus belles œuvres de Gauguin et de ses contemporains.

Jusqu’au 6 juin, Musée Van Gogh, Amsterdam

laisser un commentaire



http://artyparade.com/flash-news/25