31 Juillet 2010

Happy Days à Aix en Provence- Rétrospective François Arnal

 Par Nicolas Chwat et Tatyana Franck

 
 
Touche à tout de génie, bousculeur d’idées reçues, François Arnal aborde la vie comme son art, avec gourmandise. Arnal fait partie des rencontres que l’on peut qualifier de précieuses tant elles sont rares et atypiques. Cabot, malicieux, éternel jeune homme au regard pétillant, la vie de François Arnal se lit comme un roman. Né en 1927 dans le Var, entré très jeune en résistance dans le maquis, il découvre la peinture au hasard d’une rencontre trop belle pour être vraie. Un soir, attiré par la lumière d’une maison isolée, il fait la rencontre d’un peintre hollandais réfugié peignant une femme nue. Réalité, fiction ? Peu importe tant ces deux termes ne cessent de s’entremêler dans les souvenirs de l’artiste. Et puis l’histoire de l’art ne se nourrit-elle pas de ces mythes ?
 
La peinture sera donc une révélation puis très vite une vocation qui ne le quittera plus jamais. Démobilisé, il s’installe à Paris en 1948 où il se lie très vite avec les peintres de l’Ecole de Paris pour s’en éloigner tout aussi rapidement ce qui lui vaudra d’être associé à l’Art Informel et plus tard, aux membres du groupe Cobra d’Asger Jorn. Mais, Arnal a-t-il jamais appartenu à une école ? Toujours à la recherche, constamment en mouvement, il explore, ouvre des pistes qu’il laisse à d’autres le soin d’approfondir voir d’épuiser.
 
Dans les années 50, il expose beaucoup, en France, entre autre à la galerie Maeght, et à l’étranger. Épris d’indépendance, il se lance dans une série de voyages au long cours. Il prend le large pour le Mexique, la Polynésie Française, l’Amérique Centrale puis du Nord . Le voyage est une donnée fondamentale dans la vie et l’œuvre de François. Qu’il soit géographique ou imaginaire, le voyage éclaire tout le parcours esthétique de cet artiste. Aventurier baroudeur, ses ruptures picturales peuvent être comprises comme autant d’explorations et d’aventures. Arnal est un séducteur, rêveur, gourmand et généreux qui ne cesse d’aller de découvertes en découvertes. Peintures, sculptures, romans, pièces de théâtre, vidéos, installations, design, décoration, tous les mediums seront envisagés et travaillés sans hiérarchie aucune. Homme de son époque, il l’est à double titre. Artiste dont l’œuvre débute au milieu du XXeme siècle, il est influencé, consciemment ou non, par les théories de Greenberg, de l’Action Painting New Yorkais. Il se qualifie d’ailleurs de peintre abstrait: «Certains y voient un poisson, d'autres une montagne. C'est bien. Mais ça ne veut pas dire que j'ai fait un poisson ou une montagne». Mais c’est aussi un artiste touche à tout qui ne se cantonne pas à un mode d’expression. En ce sens, il annonce notre société post-moderne qui a aboli les hiérarchies entre mediums pour ne garder que celle de l’art.
 
Depuis 1958, il travaille par séries : celles des Bombardements, des Voyageurs, des Elémentaires, des Champs Voilés, des Rencontres, des Emerveillements, des Choix. Leurs titres invitent à eux seuls le spectateur sur le chemin de l’imaginaire. La sculpture apparaît à partir de 1960 : bois, caoutchouc, vinyle, mousse, cordes et objets trouvés… Au même moment, Arnal commence à libérer la toile de son châssis, à la laisser à nu dans certaine de ses œuvres. Une pratique qu’il revisite régulièrement avec les  séries des Elémentaires ou des Meeps, non sans justifier des rapprochements avec le mouvement Support-Surface.
 
En 1965 débute la série des Bombardements dans laquelle il spray à l’aide d’une bombe, des objets de la vie quotidienne, ciseaux, chemises, punaises, sur un canevas pour n’en laisser que le négatif afin de mieux dévoiler l’humanisme de l’objet industriel.
 
Le tumulte de 68 et son rejet de l’art en tant qu’activité déconnectée du social impose aux artistes d’entrer dans le champ du social. Arnal fonde l’Atelier A avec Arman, Annette Méssager, Hervé Télémaque, André Cazenave… Comme l’expliquait Pierre Restany dans son Manifeste de 1970, « L’Atelier A est une entreprise collective basée sur un acte de foi : la nécessaire insertion de l’artiste dans la vie ». Doté d’une énergie créative sans limite, l’Atelier A, dirigé par Arnal, va créer et produire pendant cinq ans des meubles et objets quotidiens extraordinaires dessinés par des artistes. Encensée par la critique, l’aventure prendra fin en 1975. Précurseur, elle est le premier mouvement contemporain français à avoir tenté d’estomper ou d’abolir la frontière entre art et design.
 
Le retour à la peinture sera hésitant (série des Champs Voilés, des Champs Prisonniers), voire balbutiant, le temps pour Arnal de reprendre confiance et d’apprivoiser à nouveau ce medium. Le début des années 80 marque la réapparition des Meeps, personnages imaginaires et série qu’il ne quittera plus mais aussi une période qui tend vers une épure (série des Elémentaires).
 
Depuis 20 ans, François Arnal rassemble ses voyages, les conjuguent et les marient dans un élan syncrétique en combinant ses découvertes dans son atelier d’Arcueil. Il continue sa « perpétuelle réinvention »[1], généreuse et gourmande, portant un regard toujours nouveau et surpris sur le monde qui l’entoure. Flâneur et jouisseur, il a su élargir son champ de vision et donc le nôtre.
 
Happy Days nous donne le loisir de lever un coin du voile et d’entrer de plain-pied dans l’univers de cet artiste protéiforme, de mieux comprendre ce funambule de génie qui a ouvert de nombreuses voies et préfiguré des mouvements sans jamais s’y enfermer de peur d’en devenir prisonnier.
 
 
 
 
 
 
 
Happy Days
Rétrospective François Arnal
Hotel de Gallifet, 15 rue Goyrand, Aix en Provence, 1 Juillet 29 Août 2010.
Exposition organisée par NM Galerie, Paris (www.nmgalerie.com)
 
 


[1] « Arnal ou la perpétuelle réinvention », musée de Toulon, 1983

laisser un commentaire


La toilette mise à nu

La part animale

L'inclassable Emmet Gowin

Les verts galants

Montmartre au sommet

Femmes berbères du Maroc

Miss Mapple et Mr Thorpe

Si l’Orient Express m’était conté…

Caillebotte à l’état de nature

À l’ouest d’Adams

Le glamour en vogue sur papier glacé

Dries Van Noten dévoile ses sources

Henri Cartier-Bresson : la tête, l’œil et le cœur

Braque met de la couleur aux formes

L’inclassable Félix Vallotton

Le testament Brassaï

Raymond Depardon se souvient

Quand la photo embaume

Rendez-vous en terre inconnue

Ecce homo

Camille Claudel sort de ses réserves

Sergio Larrain, le vagabond solitaire

Cet obscur objet du désir

Ferrante Ferranti, Itinerrances

Costa Gavras, carnets photographiques

Simon Hantaï dans l’art

Ron Mueck s’est fait chair

Photo et photo dans la photo

Keith Haring : pop et subversif

Oscar Niemeyer : de la courbe au cosmos

VENISE, MIROIR CAPTIF DE LA PHOTOGRAPHIE ?

Magiques Philippines !

Impressionnant Boudin

Laure Albin Guillot impose la photographie

La fabuleuse collection d'Howard Greenberg

When Art Foretells a Grim Reality

Chagall, plus touchant que jamais

Fifty Shades of Gray

De mémoire d’éléphant

Mary Cassatt at The Mona Bismarck Foundation

Paris à Hollywood

Clichés de France

Don Manuel

Yue Minjun, le clown chinois

Salvateur Dalí

Edward Hopper ou la fabrique de la mythologie américaine

Nous nous sommes tant aimés

Dialogue sur le Grand canal

Picasso, de Chirico, Léger et Picabia : Une moderne Antiquité, musée Picasso, Antibes

THE ANNENBERG FOUNDATION SUPPORTS FRENCH AND AMERICAN COLLABORATION THROUGH THE AMERICAN FRIENDS OF THE MUSEE D’ORSAY

Le Japon... un an après

Et Helmut Newton créa la femme

Matisse, Matisse, Matisse, …

L’héritage Berenice Abbott

David Shrigley: Brain Activity at the Hayward Gallery

Zarina Bhimji at the Whitechapel Gallery, London

Reflet dans un œil d’or

Une aurore boréale nommée Akseli Gallen-Kallela

Doisneau dans les nuits des Halles

Les Stein : une famille et des peintres

La photographie s’expose

Munch moderne

Louis Valtat : à l’aube du fauvisme

En direct de Art Basel

Exposition Figures & Fictions, Photographie Contemporaine d’Afrique du Sud

Haute voiture

FAUVE QUI PEUT

Holy Daughters par Prune Nourry

« Et à part Monet ? » : les expositions d’art du XIXe siècle à Paris

Basquiat à l’honneur au Musée d’art moderne de Paris

Le rideau tombe sur l’Exposition Universelle

Pierre Ducellier dit Windorf (1944-2007) : un Peintre, deux vies, deux livres

Les grandes ventes d’art contemporain de novembre 2010 à New York

Marrakech Art Fair

Arles en Bleu

LaM s’ouvre - Première exposition publique d’art brut en France

Rashid Rana - Perpétuel Paradoxe - Musée Guimet

Les Rencontres de la Photographie in Arles : 40 years of existence

Happy Days à Aix en Provence- Rétrospective François Arnal

Angel Fernandez de Soto - Christie's Londres

La Peau de l’Ours, André Level et Pablo Picasso

Mind the Gap

Hopper, "Si on pouvait le dire avec des mots, il n'y aurait aucune raison de le peindre"

Art Basel 2010

Une artiste en voie de (pro)création : portrait d’une jeune artiste qui s’empare de la science

David Reimondo à la Galerie DiMeo à Paris

Interview de Mattieu Nicol, un des commissaires et responsable presse/partenariats de REVELATION, foire de photographie contemporaine

Death, Sex, Punishment and Springtime in Paris

Enchères records à New York, Vol record à Paris !

JAMES HOWARD- BLACK MONEY- London, 22 April through 21 May 2010

Débat Street Art à la NM Galerie avec ArtyParade en tant qu'intervenant !

BEN, « strip-tease intégral »

PAUL GAUGUIN, VERS LA MODERNITE

Skin Fruit: Art’s Sweeter on the Inside

Henri Michaux & Franklin Chow : traversée du temps, traversée de l’espace

Une vibration inaudible à l’oreille nue…*

Chic un dessin !

Art Paris, une foire digne d'un chenil !

Parade à l’Armory Show

Créés en 2008, les Brit Insurance Design Awards sont au Design ce que les Oscars sont au Cinéma.

Too great, Toorop !

« Turner et ses peintres » au Grand Palais : coup commercial ou véritable innovation ?

Du nouveau au Louvre ? Oui mais du contemporain !

Have a Coke for Islam! Adel Abidin exposes at the Kiasma Museum for Contemporay Art, Helsinki, Finland February 12th – April 25th 2010

Le design comme invention

Aimer avec un pinceau, éduquer avec un regard

Performance de Fabien Breuvart le soir du vernissage de Paris Photo 2009… ou « l’art brut » photographique

Ventes de New York: Sotheby's 1 – Christie’s 0,5

La Fiac 2009 : une foire enfin internationale à Paris

Feu d'artifice de Fabien Giraud et Raphaël Siboni, FIAC 2009

Avec l’éclatement de la bulle, la Frieze apparaît beaucoup moins pétillante