03 Novembre 2010

Pierre Ducellier dit Windorf (1944-2007) : un Peintre, deux vies, deux livres

Dans l’attente de l’exposition qui lui sera consacrée à la Galerie Pierre-François Garcier du 26 novembre au 10 décembre 2010, la sortie de la monographie et du roman de la vie de Windorf sont l’occasion de découvrir l’œuvre et la personnalité de ce peintre abstrait géométrique et énigmatique.

 
 
 
 
 
Windorf : la monographie et le roman, par Caroline Rollet
 
En 2009, le marchand d’art Pierre-François Garcier se porte acquéreur en salle des ventes, de tableaux abstraits d’un certain Pierre Ducellier, dit Windorf. Il ne doute pas un instant de son choix, conquis par les qualités plastiques des compositions géométriques de cet artiste dont il ne sait pourtant rien. Il ne doute pas non plus qu’un travail de recherches ne tardera pas, à travers les témoignages de proches, de peintres l’ayant côtoyé ou de galeristes l’ayant exposé, à lui révéler une part de la vie et de la démarche artistique de Pierre Ducellier, né à Rosny-sous-Bois en 1944 et décédé en 2007.
 
Rapidement, les recherches prennent l’allure d’une véritable enquête, tant les indices se révèlent rares, pour ne pas dire inexistants : aucunes traces d’expositions ou presque, pas la moindre men­tion dans une revue d’art. Pire encore : à Bois-Colombes, où Pierre Ducellier a passé une grande partie de sa vie, aucuns de ceux qui le fréquentaient n’ont su qu’il peignait ; on ne lui connaissait que son métier de décorateur d’intérieur. Quant au pseudonyme de Windorf, aux accents germaniques, nul n’en avait jusque-là entendu parler.
À ce jour, seuls quelques fragments sont parvenus de ce qu’il pourrait bien s’agir d’appeler une double vie.
 
Une double vie sur laquelle le romancier Stéphane Audeguy lève une part du mystère avec « Signé Windorf », composé de deux textes «autobiographiques» du peintre et d’une notice critique.
 
Demeure bien sûr l’oeuvre de Ducellier-Windorf, qui n’a cessé de produire des années 1960 aux années 2000. Une oeuvre forte, haute en couleurs et radicalement abstraite, que l’historienne d’art Aurélie Vandevoorde, tout en distinguant trois grandes périodes dans la démarche artistique du peintre, replace dans ce grand mouvement de la seconde moitié du XXe siècle qu’est l’art concret.
 
 
Windorf : une découverte, par Aurélie Vandevoorde
 
Des tableaux par centaines. Accrochées sur les murs. Entassées dans les moindres recoins… Telle fut notre première rencontre avec l’œuvre de Pierre-Ducellier, dit Windorf en ce jour de janvier 2009 dans une salle des ventes de Boulogne.
Une découverte ô combien spectaculaire ! Nous voilà immergés dans un univers plastique d’une intensité rare. De toutes parts, des toiles abstraites aux couleurs contrastées, des compositions géométriques aux motifs tantôt orthogonaux, tantôt obliques. Des œuvres à la fois statiques et dynamiques, dont l’ensemble génère un choc visuel inédit. Et partout, ces trois couleurs – rouge, jaune, vert – entrecoupées de noir et de blanc, qui reviennent sans cesse et nous plongent brusquement dans un univers artistique radicalement nouveau.
Lorsque ces tableaux furent présentés aux enchères, bien rares étaient ceux qui avaient entendu le nom de Windorf… Nulle mention dans les revues d’art. Aucune trace d’expositions, ou presque. Un nom pour ainsi dire inconnu, n’ayant jamais fait l’objet de publicité ou d’écrits quelconques…
Comme s’il avait fallu attendre le décès de leur auteur pour que ces centaines d’œuvres soient enfin dévoilées… En prenant connaissance de ce gigantesque ensemble pictural, c’est donc une étrange sensation qui domine : l’émotion privilégiée de celui à qui il est offert de découvrir d’un coup le travail de toute une vie, mêlée au sentiment d’indiscrétion de pouvoir contempler pour la première fois des œuvres jusque là réservées à l’intimité de l’atelier de l’artiste.
Une peinture qui n’est pas celle d’un amateur peignant à ses heures de loisirs. Car il suffit de contempler quelques secondes l’œuvre de Pierre Ducellier pour comprendre que l’on n’est nullement face à un « peintre du dimanche ».
Ce qui frappe au contraire le spectateur lorsqu’il découvre les tableaux, c’est l’ampleur et la cohérence de l’œuvre ainsi constituée et la cohérence de cet ensemble. C’est également le caractère abouti de la recherche plastique et artistique de son auteur ainsi que la personnalité très marquée de ces toiles qui, tout en s’inscrivant dans la grande tradition de l’art concret de la deuxième moitié du XXe siècle, ne ressemblent à rien d’autre de connu.
Nous sommes ici face à un artiste qui, de toute évidence, se concevait comme tel et avait une vision exigeante de son art. Car il n’y aucune facilité dans les œuvres de ce peintre, aucun effet plastique facile, aucune recherche d’une peinture strictement décorative, mais à l’inverse, une rigueur extrême, tant dans la conception que dans la réalisation.
Ducellier à la ville, Windorf dans son atelier : tel est le paradoxe de cet étrange personnage que fut Pierre Ducellier-Windorf. D’un côté, un artiste qui se vivait comme tel, et qui peignit de manière ininterrompue des années 1960 jusqu’à sa mort en 2007. D’un autre, un homme dans la discrétion confinait au secret et qui ne révéla presque jamais son œuvre, jusqu’à aujourd’hui, où la municipalité de Bois-Colombes lui rend en hommage en organisant sa première exposition.
 
 
Windorf : la biographie, par Pierre-François Garcier
 
Après des études aux Beaux-Arts de Marseille en 1960, Pierre DUCELLIER s'installe en région parisienne où il exerce le métier d'architecte et décorateur d'intérieur.

Lors de ses temps libres, il peint des scènes religieuses qui sont rapidement abandonnées à la fin des années 1960 pour aller vers une peinture abstraite d'abord lyrique avant de plonger définitivement dans l'abstraction géométrique.

En 1976, il expose une toile de 170x130cm au Salon COMPARAISONS au Grand Palais à Paris sous le nom de Pierre DUCELLIER.
Vu le succès qu'il rencontre, il décide de persévérer dans son style géométrique et présente deux œuvres en 1978 au même Salon "Acid Test" et "Drums2", mais cette fois-ci sous le patronyme de Pierre WINDORF, nom d'artiste qu"il a définitivement adopté et qu'il conservera jusqu'à la fin de sa vie.

Sa puissance créatrice trouve ses sources dans le mouvement néo-plastique dont le père fondateur est Piet Mondrian et le mouvement Bauhaus, et dont l'héritier est Jean-Albert Gorin et toute l'école suisse et les artistes Berlinois notamment Günter Fruhtrunk.
Pierre DUCELLIER ayant une véritable passion pour Berlin, où il exécute de nombreuses toiles, prend le diminutif de Windorf pour dissocier son travail artistique de celui de décorateur.
Mais comme Mondrian, il ne renie pas les œuvres décoratives où la couleur et les formes se suffisent à elles-mêmes, occupant ainsi l'espace.
Un univers de plénitude et de sagesse compris entre des lignes droites et voyageant comme un électron libre dans un carré ou un rectangle.
 
Pierre Ducellier dit Windorf
Roman par Stéphane AUDEGUY
Monographie par Aurélie VANDEVOORDE
Les deux ouvrages, à tirage limité, sont réunis sous coffret.
Coffret Windorf : 21x21cm, 88 pages chaque ouvrage, Editions Altamira, 40 euros.
Galerie Pierre François Garcier
50 rue Laborde
75008 Paris
06 64 24 63 42
http://www.pfgarcier.com/contact.html
 
 

Commentaires

s'abonner au flux RSS des commentaires
#0001Matthias dit | 06/11/2010 18:41
Un talent incroyable entouré d'un mystère total... Windorf mérite vraiment ce coup de projecteur!
Une expo très bien montée à Bois Colombes et un livre excellent de Stéphane Audeguy qui nous révèle avec beaucoup d'humour des pistes de compréhension de l'artiste.
Windorf est une vraie et heureuse révélation.
"Notre invité d'honneur, Windorf a passé l'essentiel de sa vie à Bois-Colombes, où il a créé durant près d'un demi-siècle des oeuvres qui dégagent une formidable énergie.
Cette rétrospective est malheureusement un hommage poshume, car personne, hormis quelques rares proches et artistes de ses amis, n'a su, jusqu'à tout récemment, que Pierre Ducellier, décorateur d'intérieur à Bois-Colombes né en 1944, était également un peintre de talent, sous le nom d'artiste Windorf.
C'est en solitaire, mais avec rigueur, détermination et un engagement total que depuis les années 60 jsuqu'à sa mort, en 2007, il créa une oeuvre radicalement abstraite que nous admirons ce soir, faite de formes géométriques et de couleurs fauves.(...)
L'exemple de Windorf nous rappelle à tous que derrière les façades des maisons de notre ville, se cachent sûrement encore bien des passions remarquables, même si elles n'ont peut-être pas toutes la puissance d'expression de celle de Windorf.
Je souhaite que l'exemple de notre concitoyen nous incite à continuer à aller à la rencontre des autres, et à découvrir les petits et les grands talents que nous possédons parfois sans le savoir."
Discours inaugural de Monsieur Yves REVILLON, Maire de Bois-Colombes, Vice-Président du Conseil Général des Hauts de Seine.
Bonjour,
et en écho à l'exposition Windorf à la Galerie Garcier, je poursuis par une autre exposition Windorf à la Galerie Deneulin, à Barraux, en province à proximité de Chambéry, avec le fond que j'ai acquis de cet artiste.
Celle ci aura lieu du 10 décembre 2010 au 09 janvier 2011. Le vernissage se tiendra le 10 décembre à partir de 18h30.

Au plaisir de vous y accueillir.

François Deneulin

laisser un commentaire


La toilette mise à nu

La part animale

L'inclassable Emmet Gowin

Les verts galants

Montmartre au sommet

Femmes berbères du Maroc

Miss Mapple et Mr Thorpe

Si l’Orient Express m’était conté…

Caillebotte à l’état de nature

À l’ouest d’Adams

Le glamour en vogue sur papier glacé

Dries Van Noten dévoile ses sources

Henri Cartier-Bresson : la tête, l’œil et le cœur

Braque met de la couleur aux formes

L’inclassable Félix Vallotton

Le testament Brassaï

Raymond Depardon se souvient

Quand la photo embaume

Rendez-vous en terre inconnue

Ecce homo

Camille Claudel sort de ses réserves

Sergio Larrain, le vagabond solitaire

Cet obscur objet du désir

Ferrante Ferranti, Itinerrances

Costa Gavras, carnets photographiques

Simon Hantaï dans l’art

Ron Mueck s’est fait chair

Photo et photo dans la photo

Keith Haring : pop et subversif

Oscar Niemeyer : de la courbe au cosmos

VENISE, MIROIR CAPTIF DE LA PHOTOGRAPHIE ?

Magiques Philippines !

Impressionnant Boudin

Laure Albin Guillot impose la photographie

La fabuleuse collection d'Howard Greenberg

When Art Foretells a Grim Reality

Chagall, plus touchant que jamais

Fifty Shades of Gray

De mémoire d’éléphant

Mary Cassatt at The Mona Bismarck Foundation

Paris à Hollywood

Clichés de France

Don Manuel

Yue Minjun, le clown chinois

Salvateur Dalí

Edward Hopper ou la fabrique de la mythologie américaine

Nous nous sommes tant aimés

Dialogue sur le Grand canal

Picasso, de Chirico, Léger et Picabia : Une moderne Antiquité, musée Picasso, Antibes

THE ANNENBERG FOUNDATION SUPPORTS FRENCH AND AMERICAN COLLABORATION THROUGH THE AMERICAN FRIENDS OF THE MUSEE D’ORSAY

Le Japon... un an après

Et Helmut Newton créa la femme

Matisse, Matisse, Matisse, …

L’héritage Berenice Abbott

David Shrigley: Brain Activity at the Hayward Gallery

Zarina Bhimji at the Whitechapel Gallery, London

Reflet dans un œil d’or

Une aurore boréale nommée Akseli Gallen-Kallela

Doisneau dans les nuits des Halles

Les Stein : une famille et des peintres

La photographie s’expose

Munch moderne

Louis Valtat : à l’aube du fauvisme

En direct de Art Basel

Exposition Figures & Fictions, Photographie Contemporaine d’Afrique du Sud

Haute voiture

FAUVE QUI PEUT

Holy Daughters par Prune Nourry

« Et à part Monet ? » : les expositions d’art du XIXe siècle à Paris

Basquiat à l’honneur au Musée d’art moderne de Paris

Le rideau tombe sur l’Exposition Universelle

Pierre Ducellier dit Windorf (1944-2007) : un Peintre, deux vies, deux livres

Les grandes ventes d’art contemporain de novembre 2010 à New York

Marrakech Art Fair

Arles en Bleu

LaM s’ouvre - Première exposition publique d’art brut en France

Rashid Rana - Perpétuel Paradoxe - Musée Guimet

Les Rencontres de la Photographie in Arles : 40 years of existence

Happy Days à Aix en Provence- Rétrospective François Arnal

Angel Fernandez de Soto - Christie's Londres

La Peau de l’Ours, André Level et Pablo Picasso

Mind the Gap

Hopper, "Si on pouvait le dire avec des mots, il n'y aurait aucune raison de le peindre"

Art Basel 2010

Une artiste en voie de (pro)création : portrait d’une jeune artiste qui s’empare de la science

David Reimondo à la Galerie DiMeo à Paris

Interview de Mattieu Nicol, un des commissaires et responsable presse/partenariats de REVELATION, foire de photographie contemporaine

Death, Sex, Punishment and Springtime in Paris

Enchères records à New York, Vol record à Paris !

JAMES HOWARD- BLACK MONEY- London, 22 April through 21 May 2010

Débat Street Art à la NM Galerie avec ArtyParade en tant qu'intervenant !

BEN, « strip-tease intégral »

PAUL GAUGUIN, VERS LA MODERNITE

Skin Fruit: Art’s Sweeter on the Inside

Henri Michaux & Franklin Chow : traversée du temps, traversée de l’espace

Une vibration inaudible à l’oreille nue…*

Chic un dessin !

Art Paris, une foire digne d'un chenil !

Parade à l’Armory Show

Créés en 2008, les Brit Insurance Design Awards sont au Design ce que les Oscars sont au Cinéma.

Too great, Toorop !

« Turner et ses peintres » au Grand Palais : coup commercial ou véritable innovation ?

Du nouveau au Louvre ? Oui mais du contemporain !

Have a Coke for Islam! Adel Abidin exposes at the Kiasma Museum for Contemporay Art, Helsinki, Finland February 12th – April 25th 2010

Le design comme invention

Aimer avec un pinceau, éduquer avec un regard

Performance de Fabien Breuvart le soir du vernissage de Paris Photo 2009… ou « l’art brut » photographique

Ventes de New York: Sotheby's 1 – Christie’s 0,5

La Fiac 2009 : une foire enfin internationale à Paris

Feu d'artifice de Fabien Giraud et Raphaël Siboni, FIAC 2009

Avec l’éclatement de la bulle, la Frieze apparaît beaucoup moins pétillante