15 Juin 2011

Exposition Figures & Fictions, Photographie Contemporaine d’Afrique du Sud

Par Sandra Donnève-Baliozian

 
L’exposition Figures & Fictions, qui se tient en ce moment au Victoria & Albert Museum de Londres, réunit le travail de 17 artistes sud-africains qui ont photographié leur pays entre 2000 et 2010. Chaque photographe présente une ou plusieurs séries qui nous montrent des portraits éclectiques du peuple sud-africain, et qui soulèvent ce que cela implique de vivre et de travailler aujourd’hui en Afrique du Sud.
 
Tout a commencé quand la commissaire d’exposition, Tamar Garb, a découvert la collection de photographies de David Goldblatt détenue par le V&A. Le doyen de la photographie sud-africaine a donné 120 tirages au musée en 1987 car il était inquiet de leur devenir en Afrique du Sud. Tamar Garb a commencé à échanger avec Martin Barnes, conservateur en chef de la photographie au V&A museum, et de là est née l’exposition Figures & Fictions.
 
Le parcours s’effectue par artiste. L’exposition débute par une photographie représentant un couple de blancs tenant dans leurs bras un bébé noir. Cette image du photographe Pieter Hugo, revêt une importance toute particulière pour Tamar Garb, car elle nous autorise à un « espoir fictif ». Commencer l’exposition par une telle photo n’est pas anodin, car cette image relève à la fois du portrait, de la photographie documentaire et d’une étude socio-démographique et ethnographique des habitants d’Afrique du Sud. On retrouvera ces thèmes à travers de le travail de quasiment tous les photographes réunis dans Figures & Frictions.
 
 
 
Pieter Hugo, Pieter and Maryna Vermeulen with Timana Phosiwa © Pieter Hugo. Courtesy of Michael Stevenson, Cape Town
 
Plus loin, le photographe Zanele Muholi interroge, à travers une série de portraits, la position des lesbiennes, gays, transsexuels et bisexuels en Afrique du Sud. Par cette série, la photographe donne de la visibilité aux homosexuels et transsexuels et les met en avant à travers le portrait. Elle sublime leurs différences en les faisant poser très simplement devant son objectif. Pour cela elle travaille avec un appareil photo sans pied, afin de favoriser la spontanéité et l’échange avec ses sujets.
 
 
 
Zanele Muholi, Martin Machapa (Série Beulahs), 2010 © Zanele Muholi. Courtesy of Michael Stevenson, Cape Town
 
Dans un style différent, les portraits dans la nature de Zwelethu Mthethwa, mettent en avant l’originalité vestimentaire des garçons Zulu et des hommes de la communauté religieuse Shembe. Ils ne portent normalement ces costumes qu’à l’occasion de leurs danses lors de rituels, mais Zwelethu Mthethwa choisit de les représenter hors de ce contexte lié à leur origine. Ils ressemblent donc plus à des étudiants anglais ou à des montagnards écossais qu’à de jeunes africains, et c’est ce mélange des genres et des codes, auquel s’ajoute une frontière floue entre le féminin et le masculin, que recherche ici le photographe.
                                  
 

 
Zwelethu Mthethwa, Untitled (from The Brave Ones Series), 2010 © Zwelethu Mthethwa. Courtesy of the artists and Jack Shainman Gallery, New York
 
L’Afrique du Sud a un des taux de criminalité les plus élevés au monde. Et David Goldblatt s’est intéressé à l’humanisation de ces criminels, en affichant une photographie d’un assassin, voleur, délinquant…et en accompagnant la photo d’une description de la personne, d’un témoignage d’un de ses proches, racontant son histoire, et comment elle en est arrivée là. Ce travail, au-delà de se poser la question de s’il réussit à nous faire aimer le sujet et à ressentir de la compassion pour lui, rapproche le visiteur du « mal » qui le découvre ainsi de manière frontale.
 
 
 
David Goldblatt, Blitz Maaneveld, 2008 © David Goldblatt. Courtesy of the artist and Goodman Gallery
 
Goldblatt, qui a eu une rétrospective à la fondation Henri Cartier-Bresson au début de l’année, est l’un des photographes les plus connus parmi ceux représentés dans cette exposition. Mais on découvre aussi des artistes à mi-parcours, comme par exemple Guy Tillim, qui fait partie de l’avant-garde de la photographie sud-africaine. Ses images se différencient de celles de ses pairs représentés dans Figures & Fictions, car il n’aborde pas le portrait de manière aussi frontale. Son travail est plus suggestif, presque lyrique. Il laisse le regardeur aller plus loin que les vues fragmentées qu’il montre. La prise de vue oblique et l’angle décadré inspirent l’inquiétude, mais ne montrent rien.
 
 
 
Guy Tillim, Petros Village, Malawi, 2006 © Guy Tillim. Courtesy of Michael Stevenson, Cape Town
 
Figures et Frictions constitue un bon point de départ pour découvrir la photographie sud-africaine des dix dernières années, mais aussi pour mieux connaître les habitants de ce pays, et leur vie après l’apartheid. Il a été reproché à l’exposition de vouloir trop en dire, mais la sélection de seulement 17 photographes représente un panel diversifié de la production actuelle et permet de s’interroger sur des questions aussi variées que la politique, les classes sociales, la race, le sexe, la délinquance, dans un pays profondément bouleversé et politiquement instable.

laisser un commentaire


La toilette mise à nu

La part animale

L'inclassable Emmet Gowin

Les verts galants

Montmartre au sommet

Femmes berbères du Maroc

Miss Mapple et Mr Thorpe

Si l’Orient Express m’était conté…

Caillebotte à l’état de nature

À l’ouest d’Adams

Le glamour en vogue sur papier glacé

Dries Van Noten dévoile ses sources

Henri Cartier-Bresson : la tête, l’œil et le cœur

Braque met de la couleur aux formes

L’inclassable Félix Vallotton

Le testament Brassaï

Raymond Depardon se souvient

Quand la photo embaume

Rendez-vous en terre inconnue

Ecce homo

Camille Claudel sort de ses réserves

Sergio Larrain, le vagabond solitaire

Cet obscur objet du désir

Ferrante Ferranti, Itinerrances

Costa Gavras, carnets photographiques

Simon Hantaï dans l’art

Ron Mueck s’est fait chair

Photo et photo dans la photo

Keith Haring : pop et subversif

Oscar Niemeyer : de la courbe au cosmos

VENISE, MIROIR CAPTIF DE LA PHOTOGRAPHIE ?

Magiques Philippines !

Impressionnant Boudin

Laure Albin Guillot impose la photographie

La fabuleuse collection d'Howard Greenberg

When Art Foretells a Grim Reality

Chagall, plus touchant que jamais

Fifty Shades of Gray

De mémoire d’éléphant

Mary Cassatt at The Mona Bismarck Foundation

Paris à Hollywood

Clichés de France

Don Manuel

Yue Minjun, le clown chinois

Salvateur Dalí

Edward Hopper ou la fabrique de la mythologie américaine

Nous nous sommes tant aimés

Dialogue sur le Grand canal

Picasso, de Chirico, Léger et Picabia : Une moderne Antiquité, musée Picasso, Antibes

THE ANNENBERG FOUNDATION SUPPORTS FRENCH AND AMERICAN COLLABORATION THROUGH THE AMERICAN FRIENDS OF THE MUSEE D’ORSAY

Le Japon... un an après

Et Helmut Newton créa la femme

Matisse, Matisse, Matisse, …

L’héritage Berenice Abbott

David Shrigley: Brain Activity at the Hayward Gallery

Zarina Bhimji at the Whitechapel Gallery, London

Reflet dans un œil d’or

Une aurore boréale nommée Akseli Gallen-Kallela

Doisneau dans les nuits des Halles

Les Stein : une famille et des peintres

La photographie s’expose

Munch moderne

Louis Valtat : à l’aube du fauvisme

En direct de Art Basel

Exposition Figures & Fictions, Photographie Contemporaine d’Afrique du Sud

Haute voiture

FAUVE QUI PEUT

Holy Daughters par Prune Nourry

« Et à part Monet ? » : les expositions d’art du XIXe siècle à Paris

Basquiat à l’honneur au Musée d’art moderne de Paris

Le rideau tombe sur l’Exposition Universelle

Pierre Ducellier dit Windorf (1944-2007) : un Peintre, deux vies, deux livres

Les grandes ventes d’art contemporain de novembre 2010 à New York

Marrakech Art Fair

Arles en Bleu

LaM s’ouvre - Première exposition publique d’art brut en France

Rashid Rana - Perpétuel Paradoxe - Musée Guimet

Les Rencontres de la Photographie in Arles : 40 years of existence

Happy Days à Aix en Provence- Rétrospective François Arnal

Angel Fernandez de Soto - Christie's Londres

La Peau de l’Ours, André Level et Pablo Picasso

Mind the Gap

Hopper, "Si on pouvait le dire avec des mots, il n'y aurait aucune raison de le peindre"

Art Basel 2010

Une artiste en voie de (pro)création : portrait d’une jeune artiste qui s’empare de la science

David Reimondo à la Galerie DiMeo à Paris

Interview de Mattieu Nicol, un des commissaires et responsable presse/partenariats de REVELATION, foire de photographie contemporaine

Death, Sex, Punishment and Springtime in Paris

Enchères records à New York, Vol record à Paris !

JAMES HOWARD- BLACK MONEY- London, 22 April through 21 May 2010

Débat Street Art à la NM Galerie avec ArtyParade en tant qu'intervenant !

BEN, « strip-tease intégral »

PAUL GAUGUIN, VERS LA MODERNITE

Skin Fruit: Art’s Sweeter on the Inside

Henri Michaux & Franklin Chow : traversée du temps, traversée de l’espace

Une vibration inaudible à l’oreille nue…*

Chic un dessin !

Art Paris, une foire digne d'un chenil !

Parade à l’Armory Show

Créés en 2008, les Brit Insurance Design Awards sont au Design ce que les Oscars sont au Cinéma.

Too great, Toorop !

« Turner et ses peintres » au Grand Palais : coup commercial ou véritable innovation ?

Du nouveau au Louvre ? Oui mais du contemporain !

Have a Coke for Islam! Adel Abidin exposes at the Kiasma Museum for Contemporay Art, Helsinki, Finland February 12th – April 25th 2010

Le design comme invention

Aimer avec un pinceau, éduquer avec un regard

Performance de Fabien Breuvart le soir du vernissage de Paris Photo 2009… ou « l’art brut » photographique

Ventes de New York: Sotheby's 1 – Christie’s 0,5

La Fiac 2009 : une foire enfin internationale à Paris

Feu d'artifice de Fabien Giraud et Raphaël Siboni, FIAC 2009

Avec l’éclatement de la bulle, la Frieze apparaît beaucoup moins pétillante