10 Décembre 2012

De mémoire d’éléphant

Par Julien Beauhaire
 
 
Aussi cocasse que le pachyderme, l’Éléphant Paname, le nouveau lieu parisien de création accueille une rétrospective dédiée au photographe américain Elliott Erwitt à voir d’urgence.
 
Au numéro dix de la rue Volney à Paris, à quelques mètres de la très sélecte place Vendôme, se dresse un remarquable hôtel particulier Napoléon III. Commandité par l’empereur pour le prince Soltykoff, il est édifié en 1856 par Charles Rohault de Fleury et abrite – déjà – une collection d’art, mais médiéval cette fois. Aujourd’hui restauré et ravalé, il accueille sous 2 000 m² depuis le 13 septembre dernier, un centre d’art et de danse, et bientôt un restaurant (Enrico Bernardo). C’est Éléphant Paname, le nouveau lieu de la création à Paris. Une folie comme au temps de l’Arc de triomphe (1806-1836) ou de la colonne de Juillet, place de la Bastille (1835-1840). Une folie comme Würsa, la création de l’artiste français Daniel Firman réalisée en 2008 pour le Palais de Tokyo, où un éléphant empaillé tient en suspension par sa trompe.
 
 
Monumental escalier
© Emmanuel Donny
 
 
Deuxième étage
© Emmanuel Donny
 
À l’origine du projet, une fratrie, celle de Laurent et Fanny Fiat. Elle, ancienne danseuse de l’Opéra de Paris, souhaite un atelier et lui une « galerie un peu originale ». Le travail de restauration est considérable pour rendre à ce lieu ses ors d’antan. Il faut gratter, curer et découvrir les murs pour qu’apparaissent dorures, polychromies, fresques, plafonds à caisson, lambris et marqueteries. Le résultat est spectaculaire : laissés bruts et « dans leur jus », ces murs rappellent ceux de La Guardia dans la vieille Havane. La vocation affichée de ce nouveau lieu s’affiche sur les médaillons muraux : « décloisonner tous les arts, en particulier la danse et les arts plastiques, mais aussi la science, la philosophie, la musique, le théâtre, etc. ». Depuis quelques semaines, Éléphant Paname abrite sa première exposition, consacrée à l’un des plus harmonieux et consensuels photographes du XXe siècle, Elliott Erwitt.
 
 
Santa Monica, California. 1955. (PAR11118)
© Elliott Erwitt  Magnum Photos
 
Avec Personal best, Personal choice, le photographe américain sélectionne lui-même près de quatre-vingts de ses clichés. Des épreuves symboles du siècle passé, où l’on retrouve Marylin Monroe, Che Guevara ou JFK, et de l’histoire de la photographie, comme ce chien qui vole au bout de sa laisse ou cet homme et son parapluie noir sautant devant la tour Eiffel. Remarqué en 1948 à New York par Edward Steichen, Robert Capa et Roy Stryker, le jeune artiste âgé de vingt ans lance sa carrière. Cinq ans plus tard, il fait son entrée à l’agence Magnum qu’il préside en 1968. Ses photographies désormais mondialement connues font la part belle aux enfants et aux chiens. Et l’on se prend à sourire et à rire devant tant de poésie et d’optimisme. Ne manque qu’une photographie d’un éléphant dans un magasin de porcelaine.
 
 
USA. Colorado. 1955. (PAR55341)
© Elliott Erwitt  Magnum Photos
 
À voir également sur place le travail de la jeune photographe américaine d'origine polonaise, Magda Biernat.
 
Elliott Erwitt, jusqu’au 13 janvier 2013 à l’Éléphant Paname, 10 rue Volney à Paris.
 
 
À lire :
 
 
Elliott Erwitt : Instantanés
Voici enfin la première monographie exhaustive consacrée au photographe Elliott Erwitt. Sur les cinq cents illustrations en noir et blanc, plus de deux cents clichés inédits reviennent sur l’œuvre de cet artiste majeur qui, depuis cinquante ans, capture avec justesse et spiritualité grands et moins grands de ce monde. Les textes de ces Instantanés sont signés Murray Sayle pour l’introduction et Charles Flowers pour le texte, écrivains et chroniqueurs tous les deux. Un monument de poésie.
Textes de Murray Sayle et Charles Flowers (Phaidon, 512 pages, 49,95 €).
 
 
 
Personal Best
50th Anniversary Edition
Elliott Erwitt partage dans Personal Best sa sélection personnelle de clichés. Une rétrospective en images qui a défini l’histoire visuelle du XXe siècle : cent vingt photographies spontanées, vives et originales qui tour à tour font sourire, rire et rêver. Sans artifices, les épreuves de l’artiste sont prises sur le vif et témoignent toutes d’une maîtrise parfaite du cadrage et du motif. L’homme qui aime les enfants, les chiens, les personnalités et la mer nous régale définitivement de son humour.
Elliott Erwitt (teNeues, 448 pages, 39,90 €).
 
© Elliott Erwitt - Personal Best 50th Anniversary Edition, New York City, 1955, published by teNeues, www.teneues.com. Photo © Elliott ErwittMagnum Photos, All rights reserved
 


Éléphant Paname, un nouveau temple des arts par mairiedeparis

Commentaires

s'abonner au flux RSS des commentaires
#0001xelm dit | 11/12/2012 17:45
je vais y aller ..................... CELA ME SEMBLE SOMPTUEUX ET MAGNIFIQUE!

laisser un commentaire


La toilette mise à nu

La part animale

L'inclassable Emmet Gowin

Les verts galants

Montmartre au sommet

Femmes berbères du Maroc

Miss Mapple et Mr Thorpe

Si l’Orient Express m’était conté…

Caillebotte à l’état de nature

À l’ouest d’Adams

Le glamour en vogue sur papier glacé

Dries Van Noten dévoile ses sources

Henri Cartier-Bresson : la tête, l’œil et le cœur

Braque met de la couleur aux formes

L’inclassable Félix Vallotton

Le testament Brassaï

Raymond Depardon se souvient

Quand la photo embaume

Rendez-vous en terre inconnue

Ecce homo

Camille Claudel sort de ses réserves

Sergio Larrain, le vagabond solitaire

Cet obscur objet du désir

Ferrante Ferranti, Itinerrances

Costa Gavras, carnets photographiques

Simon Hantaï dans l’art

Ron Mueck s’est fait chair

Photo et photo dans la photo

Keith Haring : pop et subversif

Oscar Niemeyer : de la courbe au cosmos

VENISE, MIROIR CAPTIF DE LA PHOTOGRAPHIE ?

Magiques Philippines !

Impressionnant Boudin

Laure Albin Guillot impose la photographie

La fabuleuse collection d'Howard Greenberg

When Art Foretells a Grim Reality

Chagall, plus touchant que jamais

Fifty Shades of Gray

De mémoire d’éléphant

Mary Cassatt at The Mona Bismarck Foundation

Paris à Hollywood

Clichés de France

Don Manuel

Yue Minjun, le clown chinois

Salvateur Dalí

Edward Hopper ou la fabrique de la mythologie américaine

Nous nous sommes tant aimés

Dialogue sur le Grand canal

Picasso, de Chirico, Léger et Picabia : Une moderne Antiquité, musée Picasso, Antibes

THE ANNENBERG FOUNDATION SUPPORTS FRENCH AND AMERICAN COLLABORATION THROUGH THE AMERICAN FRIENDS OF THE MUSEE D’ORSAY

Le Japon... un an après

Et Helmut Newton créa la femme

Matisse, Matisse, Matisse, …

L’héritage Berenice Abbott

David Shrigley: Brain Activity at the Hayward Gallery

Zarina Bhimji at the Whitechapel Gallery, London

Reflet dans un œil d’or

Une aurore boréale nommée Akseli Gallen-Kallela

Doisneau dans les nuits des Halles

Les Stein : une famille et des peintres

La photographie s’expose

Munch moderne

Louis Valtat : à l’aube du fauvisme

En direct de Art Basel

Exposition Figures & Fictions, Photographie Contemporaine d’Afrique du Sud

Haute voiture

FAUVE QUI PEUT

Holy Daughters par Prune Nourry

« Et à part Monet ? » : les expositions d’art du XIXe siècle à Paris

Basquiat à l’honneur au Musée d’art moderne de Paris

Le rideau tombe sur l’Exposition Universelle

Pierre Ducellier dit Windorf (1944-2007) : un Peintre, deux vies, deux livres

Les grandes ventes d’art contemporain de novembre 2010 à New York

Marrakech Art Fair

Arles en Bleu

LaM s’ouvre - Première exposition publique d’art brut en France

Rashid Rana - Perpétuel Paradoxe - Musée Guimet

Les Rencontres de la Photographie in Arles : 40 years of existence

Happy Days à Aix en Provence- Rétrospective François Arnal

Angel Fernandez de Soto - Christie's Londres

La Peau de l’Ours, André Level et Pablo Picasso

Mind the Gap

Hopper, "Si on pouvait le dire avec des mots, il n'y aurait aucune raison de le peindre"

Art Basel 2010

Une artiste en voie de (pro)création : portrait d’une jeune artiste qui s’empare de la science

David Reimondo à la Galerie DiMeo à Paris

Interview de Mattieu Nicol, un des commissaires et responsable presse/partenariats de REVELATION, foire de photographie contemporaine

Death, Sex, Punishment and Springtime in Paris

Enchères records à New York, Vol record à Paris !

JAMES HOWARD- BLACK MONEY- London, 22 April through 21 May 2010

Débat Street Art à la NM Galerie avec ArtyParade en tant qu'intervenant !

BEN, « strip-tease intégral »

PAUL GAUGUIN, VERS LA MODERNITE

Skin Fruit: Art’s Sweeter on the Inside

Henri Michaux & Franklin Chow : traversée du temps, traversée de l’espace

Une vibration inaudible à l’oreille nue…*

Chic un dessin !

Art Paris, une foire digne d'un chenil !

Parade à l’Armory Show

Créés en 2008, les Brit Insurance Design Awards sont au Design ce que les Oscars sont au Cinéma.

Too great, Toorop !

« Turner et ses peintres » au Grand Palais : coup commercial ou véritable innovation ?

Du nouveau au Louvre ? Oui mais du contemporain !

Have a Coke for Islam! Adel Abidin exposes at the Kiasma Museum for Contemporay Art, Helsinki, Finland February 12th – April 25th 2010

Le design comme invention

Aimer avec un pinceau, éduquer avec un regard

Performance de Fabien Breuvart le soir du vernissage de Paris Photo 2009… ou « l’art brut » photographique

Ventes de New York: Sotheby's 1 – Christie’s 0,5

La Fiac 2009 : une foire enfin internationale à Paris

Feu d'artifice de Fabien Giraud et Raphaël Siboni, FIAC 2009

Avec l’éclatement de la bulle, la Frieze apparaît beaucoup moins pétillante