11 Avril 2013

Impressionnant Boudin

Par Julien Beauhaire
 
 
« Le roi des ciels ». Longtemps Eugène Boudin (1824-1898) a tenté de s’imposer comme un peintre de marines, mais la solide concurrence des romantiques l’a contraint a préféré la nature. Ainsi, l’artiste du Calvados est devenu mondialement connu pour ses plages et ses ciels. Le musée Jacquemart-André lui consacre une rétrospective inédite.
 
L’œuvre d’Eugène Boudin révèle une incompréhension : celle d’un artiste qu’on a longtemps ignoré ou pris pour un autre. Trop souvent qualifié de grand peintre de marines, Boudin a toujours préféré représenter le réel. « Les romantiques ont fait leur temps et il faut en revenir aux beautés de la nature », déclare-t-il. L’exposition rétrospective au musée Jacquemart-André vient justement rappeler que si Pissaro est le peintre de la terre, Monet celui de la mer, Boudin est assurément celui des ciels et qu’il a, le premier, introduit des éléments picturaux propres à l’impressionnisme.
 
Sans succès
Lorsqu’il découvre Deauville en 1858, le « royaume de l’élégance », comme on qualifiait alors la petite station de bord de mer, Boudin tente tant bien que mal de vendre ses plages ou son Concert au casino de Deauville (1865). Mais sans succès, et il est fréquemment contraint de démonter pour récupérer les châssis.
 
 
Concert au Casino de Deauville (1865), d’Eugène Boudin (1824-1898). Huile sur toile (41.7 x 73 cm). National Gallery of Art, Washington, Collection of Mr. & Mrs. Paul Mellon
© Courtesy National Gallery of Art, Washington
 
C’est à quelques mètres de là, qu’un autre motif va le rendre célèbre : les plages et les ciels normands. Avec son pinceau, il représente des silhouettes estompées par le soleil couchant sur des plages où prime l’atmosphère, glissant au passage quelques détails réalistes, qui choquèrent les  critiques d’alors, comme le réverbère dans la Jetée de Trouville au soleil couchant (1862). Dans ses toiles, les enfants jouent et les chiens gambadent, deux motifs qui inspirent au peintre sympathie et tendresse – comme Édouard Manet, il n’utilise pas de modèles professionnels. Là encore, le grand public n’est pas au rendez-vous et ses aquarelles ou ses pastels ne se vendent pas. Cela n’empêche pas Beaudelaire, de passage à Honfleur en 1859, de s’éprendre de ses pastels, à la « beauté météorologique ». Le poète décèle dans sa représentation de la mer et de la lumière, « la rapidité » de ce qui est insaisissable. Et alors que ses contemporains, comme Paul Baudry ou Pierre Puvis de Chavannes, s’illustrent dans un style pompier, Eugène Boudin entreprend, avec quinze ans d’avance, la transition impressionniste.
 
Reconnaissance
C’est du milieu artistique et littéraire que vient la reconnaissance : Ivan Tourgueniev, Émile Zola ou Jeanne Lanvin commencent à collectionner ses œuvres. Dès 1870, Eugène Boudin décide de voyager. À Anvers, Bordeaux ou Portrieux, ses ciels se grisent, « mais laissent encore entrapercevoir des touches de bleu et sa mer est comme balayée au drame et au mélodrame », précise Laurent Manœuvre, le commissaire général de l’exposition.
En quelques années, le succès commence à pointer. Sa vue de La Meuse à Rotterdam (1881) reçoit la médaille de la troisième place et est considérée par l’écrivain et critique d'art Joris-Karl Huysmans comme la plus belle marine du salon. À Rotterdam, la même année, il reçoit la médaille des débutants. Désormais, une étape est franchie : il n’aura plus à présenter ses œuvres au jury. Même Félix Faure, Havrais et futur président de la République, s’intéresse à sa peinture.
 
 
Deauville (1888), d’Eugène Boudin (1824-1898). Huile sur toile (50,9 x 75,4 cm). Reims, Musée des beaux-arts de la ville.
© Photo: C. Devleeschauwer
 
Le maître
N’appartenant à aucune école sacrée et consacrée, Eugène Boudin continue de revendiquer son indépendance. S’il peint les plages mondaines, il n’en n’oublie pas pour autant les pêcheurs et leurs intérieurs rembranesques. C’est sans doute aussi cette poésie du quotidien, mais surtout les touches de couleur, qui séduisent Corot ou Monet. Et si les meules de foin de ce dernier ont permis à Kandinsky de parvenir à l’abstraction picturale, tout porte à croire qu’il existe bel et bien une filiation entre Boudin et Monet. « Je lui dois tout et le considère comme mon maître », confie le représentant le plus illustre du mouvement impressionniste. Car, avant les suites de cathédrales, c’est bien Eugène Boudin qui a initié le principe de la série. D’ailleurs, une de ses toile pour le moins énigmatique, intitulée Honfleur clocher Sainte-Catherine (1890), a longtemps été attribuée à tort à Claude Monet. Mais à cette date, Eugène Boudin privilégie en effet un trait nerveux et rectiligne, quand Claude Monet préfère faire onduler ses bâtiments. Longtemps oublié des expositions d'art, Eugène Boudin nous revient ici roi des ciels et prince de l'impressionnisme. 
 
 
La Plage de Berck (Pas-de-Calais, 1877), d’Eugène Boudin (1824-1898). Huile sur toile (43,5 x 73,3 cm). Reims, Musée des beaux-arts de la ville.
© Photo: C. Devleeschauwer
 
 
Eugène Boudin, au Musée Jacquemart-André jusqu’au 22 juillet 2013


Musée Jacquemart-André - Exposition Eugène Boudin par culturespaces

laisser un commentaire


La toilette mise à nu

La part animale

L'inclassable Emmet Gowin

Les verts galants

Montmartre au sommet

Femmes berbères du Maroc

Miss Mapple et Mr Thorpe

Si l’Orient Express m’était conté…

Caillebotte à l’état de nature

À l’ouest d’Adams

Le glamour en vogue sur papier glacé

Dries Van Noten dévoile ses sources

Henri Cartier-Bresson : la tête, l’œil et le cœur

Braque met de la couleur aux formes

L’inclassable Félix Vallotton

Le testament Brassaï

Raymond Depardon se souvient

Quand la photo embaume

Rendez-vous en terre inconnue

Ecce homo

Camille Claudel sort de ses réserves

Sergio Larrain, le vagabond solitaire

Cet obscur objet du désir

Ferrante Ferranti, Itinerrances

Costa Gavras, carnets photographiques

Simon Hantaï dans l’art

Ron Mueck s’est fait chair

Photo et photo dans la photo

Keith Haring : pop et subversif

Oscar Niemeyer : de la courbe au cosmos

VENISE, MIROIR CAPTIF DE LA PHOTOGRAPHIE ?

Magiques Philippines !

Impressionnant Boudin

Laure Albin Guillot impose la photographie

La fabuleuse collection d'Howard Greenberg

When Art Foretells a Grim Reality

Chagall, plus touchant que jamais

Fifty Shades of Gray

De mémoire d’éléphant

Mary Cassatt at The Mona Bismarck Foundation

Paris à Hollywood

Clichés de France

Don Manuel

Yue Minjun, le clown chinois

Salvateur Dalí

Edward Hopper ou la fabrique de la mythologie américaine

Nous nous sommes tant aimés

Dialogue sur le Grand canal

Picasso, de Chirico, Léger et Picabia : Une moderne Antiquité, musée Picasso, Antibes

THE ANNENBERG FOUNDATION SUPPORTS FRENCH AND AMERICAN COLLABORATION THROUGH THE AMERICAN FRIENDS OF THE MUSEE D’ORSAY

Le Japon... un an après

Et Helmut Newton créa la femme

Matisse, Matisse, Matisse, …

L’héritage Berenice Abbott

David Shrigley: Brain Activity at the Hayward Gallery

Zarina Bhimji at the Whitechapel Gallery, London

Reflet dans un œil d’or

Une aurore boréale nommée Akseli Gallen-Kallela

Doisneau dans les nuits des Halles

Les Stein : une famille et des peintres

La photographie s’expose

Munch moderne

Louis Valtat : à l’aube du fauvisme

En direct de Art Basel

Exposition Figures & Fictions, Photographie Contemporaine d’Afrique du Sud

Haute voiture

FAUVE QUI PEUT

Holy Daughters par Prune Nourry

« Et à part Monet ? » : les expositions d’art du XIXe siècle à Paris

Basquiat à l’honneur au Musée d’art moderne de Paris

Le rideau tombe sur l’Exposition Universelle

Pierre Ducellier dit Windorf (1944-2007) : un Peintre, deux vies, deux livres

Les grandes ventes d’art contemporain de novembre 2010 à New York

Marrakech Art Fair

Arles en Bleu

LaM s’ouvre - Première exposition publique d’art brut en France

Rashid Rana - Perpétuel Paradoxe - Musée Guimet

Les Rencontres de la Photographie in Arles : 40 years of existence

Happy Days à Aix en Provence- Rétrospective François Arnal

Angel Fernandez de Soto - Christie's Londres

La Peau de l’Ours, André Level et Pablo Picasso

Mind the Gap

Hopper, "Si on pouvait le dire avec des mots, il n'y aurait aucune raison de le peindre"

Art Basel 2010

Une artiste en voie de (pro)création : portrait d’une jeune artiste qui s’empare de la science

David Reimondo à la Galerie DiMeo à Paris

Interview de Mattieu Nicol, un des commissaires et responsable presse/partenariats de REVELATION, foire de photographie contemporaine

Death, Sex, Punishment and Springtime in Paris

Enchères records à New York, Vol record à Paris !

JAMES HOWARD- BLACK MONEY- London, 22 April through 21 May 2010

Débat Street Art à la NM Galerie avec ArtyParade en tant qu'intervenant !

BEN, « strip-tease intégral »

PAUL GAUGUIN, VERS LA MODERNITE

Skin Fruit: Art’s Sweeter on the Inside

Henri Michaux & Franklin Chow : traversée du temps, traversée de l’espace

Une vibration inaudible à l’oreille nue…*

Chic un dessin !

Art Paris, une foire digne d'un chenil !

Parade à l’Armory Show

Créés en 2008, les Brit Insurance Design Awards sont au Design ce que les Oscars sont au Cinéma.

Too great, Toorop !

« Turner et ses peintres » au Grand Palais : coup commercial ou véritable innovation ?

Du nouveau au Louvre ? Oui mais du contemporain !

Have a Coke for Islam! Adel Abidin exposes at the Kiasma Museum for Contemporay Art, Helsinki, Finland February 12th – April 25th 2010

Le design comme invention

Aimer avec un pinceau, éduquer avec un regard

Performance de Fabien Breuvart le soir du vernissage de Paris Photo 2009… ou « l’art brut » photographique

Ventes de New York: Sotheby's 1 – Christie’s 0,5

La Fiac 2009 : une foire enfin internationale à Paris

Feu d'artifice de Fabien Giraud et Raphaël Siboni, FIAC 2009

Avec l’éclatement de la bulle, la Frieze apparaît beaucoup moins pétillante