02 Mai 2013

Oscar Niemeyer : de la courbe au cosmos

Par Pauline Magdeleinat (http://sapienzart.com)



L’éminent architecte brésilien Oscar Niemeyer s’est éteint le 5 décembre 2012, à quelques jours de son anniversaire : il allait avoir 105 ans.
 
C’est un œuvre monumental qu’il laisse derrière lui, qui mérite d’être revu et décrit à nouveau, même si lui l’aurait balayé d’une main franche, conformément à sa philosophie : « tout ça n’a pas d’importance ».
 
Ce n’était pas la marque d’un excès de fausse humilité, de celles qui distinguent les grands artistes des grands hommes, mais bien une leçon à saisir pour qui voulait l’entendre.
 
Trop conscient peut être de son inexorable condition et de la relativité de ce qu’un homme peut laisser, quelques traces « vouées à disparaître », Niemeyer préférait s’attacher aux grandeurs de l’univers, à l’infini du cosmos.
 
Pourtant, si l’implacable lucidité est l’apanage des pires angoisses, lui n’était pas pessimiste ! Son esprit s’était armé d’une contrepartie tangible : « l’homme est sans perspectives (…) mais il doit savoir que l’important c’est la vie, les amis et ce monde injuste que nous devons améliorer ».
 
À l’heure de la rétrospective, le rappel d’une telle conception des choses permet de donner le ton. Car Niemeyer, c’est avant tout Brasilia, une ville entière qui lui fut commandée au milieu d’un désert, et dont à l’âge de trente-quatre ans il dessina les grands ouvrages.
 
Il fit de cette deuxième capitale du Brésil, inaugurée en 1960, une métropole unique : à la fois moderne et futuriste. Plus tard, celle-ci était classée patrimoine mondial de l’humanité et l’année suivante il recevait le prix Pritzker.
 
En rupture avec Le Corbusier dont il avait été l’élève, sa forme était la courbe, celle du corps des femmes, des paysages de son pays : des lignes souples et légères pointant vers le ciel. Architecte organique, sensuel, maître de la suspension, il repoussait de tête les limites de sa matière : le béton armé.
 
Un temps exilé en France, il y a laissé une vingtaine d’œuvres dont le siège du Parti Communiste Français et celui du journal l’Humanité.
 
Militant ? Convaincu. Utopiste ? Peut être… Quoique d’aucuns aient reproché à sa ville et à ses concepts de n’avoir pas résisté à des dérives certainement plus globales. Une critique plus objective en revanche est que certaines de ses œuvres vieillissent moins bien que d’autres.
 






Avec le temps, sa vue s’est estompée. Il n’a pourtant cessé de concevoir et de dessiner durant toute sa vie, enfermé seul dans son bureau en silence.
 
Parmi les six cent ouvrages réalisés dans le monde, auxquels il convient d’ajouter une vingtaine de projets en cours et donc à venir, il faut citer le siège de l’ONU à New-York, immortalisé par Hitchcock dans La mort aux trousses ; la cathédrale de Brasilia, tant pour sa structure époustouflante que pour son coeur divin (et Niemeyer était athée) ; l’extraordinaire centre culturel international d’Aviles ; le Musée d’art contemporain de Niteroi, gigantesque soucoupe plantée dans la mer ; la maison d’édition italienne Mondadori et le Palacio Tiradentes à Tancredo Neves.
 






Cet homme et ses œuvres ont bien sûr nourri l’imaginaire des autres. L’un des derniers films documentaires, dans lequel il s’exprime longuement, est signé par le vidéaste italien Andrea Bezziccheri (Oscar Niemeyer – The naked architecture).
 
Également peintre et sculpteur (sous le pseudonyme de Franco Losvizzero, récemment exposé à Rome aux côtés de Pistoletto et Cucchi), l’artiste propose une mise en abyme de quelques-unes des problématiques fondamentales de la création. Il met en scène un itinéraire – intérieur – celui d’un jeune architecte qui s’en va interroger les disciples de son modèle. Fort de ces témoignages, il parcourt le monde à la recherche de ses œuvres jusqu’à enfin le rencontrer.
 
Il le questionne alors sur l’équilibre entre forme et contenu, sur la civilisation et le progrès, sur le rapport entre fonction et beauté, entre beauté et esthétique. Les réponses qu’il recueille sont celles d’un siècle d’existence et c’est une passion intacte qui transparaît.
 
Avec tout l’enthousiasme qui est le sien, Niemeyer lui offre sa synthèse : « on peut parler d’art si et seulement si deux conditions sont réunies : lorsque l’œuvre à la fois étonne et émeut ». Et un ultime conseil, qui ramène en quelques sortes au cosmos : « il ne suffit pas à un étudiant en architecture d’étudier et de se diplômer… il faut lire – un roman suffit pour nourrir une discussion – s’informer sur les événements sociaux et sur le monde, se battre contre les injustices. Je crois que celui qui descend protester sur la place publique fait quelque chose de bien plus important que moi ».
 
À sa mémoire nous formulerons un vœu : que comme lui, chaque homme puisse devenir éternel apprenti, sincèrement soucieux des autres, amoureux de l’univers.


Get Adobe Flash player

laisser un commentaire


La toilette mise à nu

La part animale

L'inclassable Emmet Gowin

Les verts galants

Montmartre au sommet

Femmes berbères du Maroc

Miss Mapple et Mr Thorpe

Si l’Orient Express m’était conté…

Caillebotte à l’état de nature

À l’ouest d’Adams

Le glamour en vogue sur papier glacé

Dries Van Noten dévoile ses sources

Henri Cartier-Bresson : la tête, l’œil et le cœur

Braque met de la couleur aux formes

L’inclassable Félix Vallotton

Le testament Brassaï

Raymond Depardon se souvient

Quand la photo embaume

Rendez-vous en terre inconnue

Ecce homo

Camille Claudel sort de ses réserves

Sergio Larrain, le vagabond solitaire

Cet obscur objet du désir

Ferrante Ferranti, Itinerrances

Costa Gavras, carnets photographiques

Simon Hantaï dans l’art

Ron Mueck s’est fait chair

Photo et photo dans la photo

Keith Haring : pop et subversif

Oscar Niemeyer : de la courbe au cosmos

VENISE, MIROIR CAPTIF DE LA PHOTOGRAPHIE ?

Magiques Philippines !

Impressionnant Boudin

Laure Albin Guillot impose la photographie

La fabuleuse collection d'Howard Greenberg

When Art Foretells a Grim Reality

Chagall, plus touchant que jamais

Fifty Shades of Gray

De mémoire d’éléphant

Mary Cassatt at The Mona Bismarck Foundation

Paris à Hollywood

Clichés de France

Don Manuel

Yue Minjun, le clown chinois

Salvateur Dalí

Edward Hopper ou la fabrique de la mythologie américaine

Nous nous sommes tant aimés

Dialogue sur le Grand canal

Picasso, de Chirico, Léger et Picabia : Une moderne Antiquité, musée Picasso, Antibes

THE ANNENBERG FOUNDATION SUPPORTS FRENCH AND AMERICAN COLLABORATION THROUGH THE AMERICAN FRIENDS OF THE MUSEE D’ORSAY

Le Japon... un an après

Et Helmut Newton créa la femme

Matisse, Matisse, Matisse, …

L’héritage Berenice Abbott

David Shrigley: Brain Activity at the Hayward Gallery

Zarina Bhimji at the Whitechapel Gallery, London

Reflet dans un œil d’or

Une aurore boréale nommée Akseli Gallen-Kallela

Doisneau dans les nuits des Halles

Les Stein : une famille et des peintres

La photographie s’expose

Munch moderne

Louis Valtat : à l’aube du fauvisme

En direct de Art Basel

Exposition Figures & Fictions, Photographie Contemporaine d’Afrique du Sud

Haute voiture

FAUVE QUI PEUT

Holy Daughters par Prune Nourry

« Et à part Monet ? » : les expositions d’art du XIXe siècle à Paris

Basquiat à l’honneur au Musée d’art moderne de Paris

Le rideau tombe sur l’Exposition Universelle

Pierre Ducellier dit Windorf (1944-2007) : un Peintre, deux vies, deux livres

Les grandes ventes d’art contemporain de novembre 2010 à New York

Marrakech Art Fair

Arles en Bleu

LaM s’ouvre - Première exposition publique d’art brut en France

Rashid Rana - Perpétuel Paradoxe - Musée Guimet

Les Rencontres de la Photographie in Arles : 40 years of existence

Happy Days à Aix en Provence- Rétrospective François Arnal

Angel Fernandez de Soto - Christie's Londres

La Peau de l’Ours, André Level et Pablo Picasso

Mind the Gap

Hopper, "Si on pouvait le dire avec des mots, il n'y aurait aucune raison de le peindre"

Art Basel 2010

Une artiste en voie de (pro)création : portrait d’une jeune artiste qui s’empare de la science

David Reimondo à la Galerie DiMeo à Paris

Interview de Mattieu Nicol, un des commissaires et responsable presse/partenariats de REVELATION, foire de photographie contemporaine

Death, Sex, Punishment and Springtime in Paris

Enchères records à New York, Vol record à Paris !

JAMES HOWARD- BLACK MONEY- London, 22 April through 21 May 2010

Débat Street Art à la NM Galerie avec ArtyParade en tant qu'intervenant !

BEN, « strip-tease intégral »

PAUL GAUGUIN, VERS LA MODERNITE

Skin Fruit: Art’s Sweeter on the Inside

Henri Michaux & Franklin Chow : traversée du temps, traversée de l’espace

Une vibration inaudible à l’oreille nue…*

Chic un dessin !

Art Paris, une foire digne d'un chenil !

Parade à l’Armory Show

Créés en 2008, les Brit Insurance Design Awards sont au Design ce que les Oscars sont au Cinéma.

Too great, Toorop !

« Turner et ses peintres » au Grand Palais : coup commercial ou véritable innovation ?

Du nouveau au Louvre ? Oui mais du contemporain !

Have a Coke for Islam! Adel Abidin exposes at the Kiasma Museum for Contemporay Art, Helsinki, Finland February 12th – April 25th 2010

Le design comme invention

Aimer avec un pinceau, éduquer avec un regard

Performance de Fabien Breuvart le soir du vernissage de Paris Photo 2009… ou « l’art brut » photographique

Ventes de New York: Sotheby's 1 – Christie’s 0,5

La Fiac 2009 : une foire enfin internationale à Paris

Feu d'artifice de Fabien Giraud et Raphaël Siboni, FIAC 2009

Avec l’éclatement de la bulle, la Frieze apparaît beaucoup moins pétillante