24 Juin 2013

Simon Hantaï dans l’art

Par Julien Beauhaire
 
 
Le Centre Pompidou propose la première rétrospective de Simon Hantaï depuis quarante ans. L’occasion d’admirer plis, froissements et coupes de la couleur.
 
Ceux qui n’ont pas eu la chance d’admirer ses immenses formats en 1976 au Musée national d’art moderne peuvent se réjouir : Simon Hantaï (1922-2008) revient à Paris, plus précisément au Centre Pompidou, qui propose jusqu’au 2 septembre une traversée intégrale de son œuvre. On y découvre pas moins de 130 peintures de l’artiste originaire de Hongrie.
 
Techniques
L’accrochage de Dominique Fourcade, Isabelle Monod-Fontaine et Alfred Pacquement, tous trois commissaires, est limpide et chronologique. L’exposition commence à l’arrivée du peintre à Paris en 1948. Inspiré par le primitivisme hongrois, il rencontre rapidement le courant surréaliste et expérimente des techniques très différentes les unes des autres : collage, frottage, grattage aux lames de rasoir, coulures et même pliage. Principalement à travers un travail sur la gestuelle, il se détourne progressivement de la doxa d’André Breton pour se rapprocher des techniques d’un Jackson Pollock (1912-1956).
Dès 1958, Simon Hantaï peint selon deux techniques : l’écriture – graphie compacte et enchevêtrée de manière quasi inextricable – et la petite touche – il racle la surface de la toile préalablement recouverte de couleurs, à l’aide d’un cercle de métal détaché du bord d’un vieux réveil. Ce sont Écriture rose (1958-1959) et À Galla Pladicia (1958-1959) réunies ici pour la première fois, deux toiles monumentales majeures, travaillées parallèlement pendant un an, l’une le matin, l’autre l’après-midi, qui transcrivent la liturgie entendue à la messe du jour. Mais l’influence de Pollock et son bâton de peinture le paralyse et Hantaï estime se perdre. Il s’essaie alors à une nouvelle méthode : le pliage.
 
 
À Galla Placidia (1958-1959). Huile sur toile, 326 x 400 cm.
Musée d’art moderne de la Ville de Paris.
© Adagp, Paris 2013
 
Pliage
En 1960, l’artiste va peindre sur une toile qu’il a préalablement froissée de bord en bord ou pliée. Résultat : sa peinture n’atteint que certaines parties d’un tissu coloré all-over complexe. Puis il le déplie, quitte à le peindre éventuellement à nouveau. C’est son éblouissante série des Mariales. « Déjà se succèdent des tableaux recouverts de couleurs all-over et des tableaux où joue un fond lui-même préalablement aspergé de « drippings » pollockiens », notent les trois commissaires. Ce n’est qu’en 1967 que, après ses quatre sous-séries, les Catamurons (1963), Panses (1964-1965), Meuns (1966-1968) et Études (1969), il consent à qualifier cette extraordinaire picturalité dans ses formes éclatantes en « étude » ou « méthode ». Sa technique évolue : il a d’abord plié la toile puis l’a peinte, l’a ensuite recouverte d’une couche de peinture blanche, pour enfin replier les quatre bords, froisser et peindre à nouveau le carré restant. En 1964, il noue la toile aux quatre angles en un sac informe, avant de la peindre, dépliée. Quatre ans plus tard, la toile devient froissée, régulièrement pliée et reçoit une seule couleur (rouge, jaune, bleu, vert, violet, noir...).
 
 
Étude (1969). Huile sur toile, 275 x 238 cm.
National Gallery of Art, Washington.
© Adagp, Paris 2013
 
 
Couleurs
Désormais, seule une couleur, et une seule, contraste avec le non-peint. Le blanc s’affirme de plus en plus, jusqu’à devenir, dans ses Études aux plis réguliers, aussi représenté que la couleur sur la surface. Dans ses Tabulas (1973 à 1982), le froissé laisse place au pliage ou plutôt au nouage à intervalles réguliers, ce qui produit un quadrillage caractéristique aux proportions chaque fois différentes. Tout comme on convoque Matisse à la vue des œuvres de Pollock ou Rothko, on pense au chef de file du fauvisme et à ses gouaches découpées face à la bichromie d’Hantaï, aux plis de sa couleur et à cette « sculpture par le pli » que l’on voit déroulés sur des dizaines de mètres dans le grand atelier de l’artiste. « La toile est un ciseau pour moi », affirme Simon Hantaï, qui élargit dès 1980 sa grille où chaque carreau devient, avec l’agrandissement de l’échelle, un pliage en soi. Jusqu’en 1995, il revoit ses immenses peintures en découpant des fragments.
Si pour Matisse, le futur de la peinture n’est plus la couleur, mais la lumière, tout porte à croire que Hantaï l’a entendu. Progressivement, « la couleur disparaît au profit de quelque chose d’autre, confie-t-il, quelque chose d’une beauté différente et supérieure. »
 
 
Blanc (1974). Peinture acrylique sur toile, 205 x 182 cm.
Collection Larock-Granoff
© Adagp, Paris 2013
 
Jusqu’au 2 septembre 2013 au Centre Pompidou, galerie 1, niveau 6.
 
 
Simon Hantaï, catalogue de l’exposition, sous la direction de Dominique Fourcade, Isabelle Monod-Fontaine, Alfred Pacquement (320 pages, 49,90 €).


Simon Hantaï au Centre Pompidou, du 22 mai au 2... par centrepompidou

laisser un commentaire


La toilette mise à nu

La part animale

L'inclassable Emmet Gowin

Les verts galants

Montmartre au sommet

Femmes berbères du Maroc

Miss Mapple et Mr Thorpe

Si l’Orient Express m’était conté…

Caillebotte à l’état de nature

À l’ouest d’Adams

Le glamour en vogue sur papier glacé

Dries Van Noten dévoile ses sources

Henri Cartier-Bresson : la tête, l’œil et le cœur

Braque met de la couleur aux formes

L’inclassable Félix Vallotton

Le testament Brassaï

Raymond Depardon se souvient

Quand la photo embaume

Rendez-vous en terre inconnue

Ecce homo

Camille Claudel sort de ses réserves

Sergio Larrain, le vagabond solitaire

Cet obscur objet du désir

Ferrante Ferranti, Itinerrances

Costa Gavras, carnets photographiques

Simon Hantaï dans l’art

Ron Mueck s’est fait chair

Photo et photo dans la photo

Keith Haring : pop et subversif

Oscar Niemeyer : de la courbe au cosmos

VENISE, MIROIR CAPTIF DE LA PHOTOGRAPHIE ?

Magiques Philippines !

Impressionnant Boudin

Laure Albin Guillot impose la photographie

La fabuleuse collection d'Howard Greenberg

When Art Foretells a Grim Reality

Chagall, plus touchant que jamais

Fifty Shades of Gray

De mémoire d’éléphant

Mary Cassatt at The Mona Bismarck Foundation

Paris à Hollywood

Clichés de France

Don Manuel

Yue Minjun, le clown chinois

Salvateur Dalí

Edward Hopper ou la fabrique de la mythologie américaine

Nous nous sommes tant aimés

Dialogue sur le Grand canal

Picasso, de Chirico, Léger et Picabia : Une moderne Antiquité, musée Picasso, Antibes

THE ANNENBERG FOUNDATION SUPPORTS FRENCH AND AMERICAN COLLABORATION THROUGH THE AMERICAN FRIENDS OF THE MUSEE D’ORSAY

Le Japon... un an après

Et Helmut Newton créa la femme

Matisse, Matisse, Matisse, …

L’héritage Berenice Abbott

David Shrigley: Brain Activity at the Hayward Gallery

Zarina Bhimji at the Whitechapel Gallery, London

Reflet dans un œil d’or

Une aurore boréale nommée Akseli Gallen-Kallela

Doisneau dans les nuits des Halles

Les Stein : une famille et des peintres

La photographie s’expose

Munch moderne

Louis Valtat : à l’aube du fauvisme

En direct de Art Basel

Exposition Figures & Fictions, Photographie Contemporaine d’Afrique du Sud

Haute voiture

FAUVE QUI PEUT

Holy Daughters par Prune Nourry

« Et à part Monet ? » : les expositions d’art du XIXe siècle à Paris

Basquiat à l’honneur au Musée d’art moderne de Paris

Le rideau tombe sur l’Exposition Universelle

Pierre Ducellier dit Windorf (1944-2007) : un Peintre, deux vies, deux livres

Les grandes ventes d’art contemporain de novembre 2010 à New York

Marrakech Art Fair

Arles en Bleu

LaM s’ouvre - Première exposition publique d’art brut en France

Rashid Rana - Perpétuel Paradoxe - Musée Guimet

Les Rencontres de la Photographie in Arles : 40 years of existence

Happy Days à Aix en Provence- Rétrospective François Arnal

Angel Fernandez de Soto - Christie's Londres

La Peau de l’Ours, André Level et Pablo Picasso

Mind the Gap

Hopper, "Si on pouvait le dire avec des mots, il n'y aurait aucune raison de le peindre"

Art Basel 2010

Une artiste en voie de (pro)création : portrait d’une jeune artiste qui s’empare de la science

David Reimondo à la Galerie DiMeo à Paris

Interview de Mattieu Nicol, un des commissaires et responsable presse/partenariats de REVELATION, foire de photographie contemporaine

Death, Sex, Punishment and Springtime in Paris

Enchères records à New York, Vol record à Paris !

JAMES HOWARD- BLACK MONEY- London, 22 April through 21 May 2010

Débat Street Art à la NM Galerie avec ArtyParade en tant qu'intervenant !

BEN, « strip-tease intégral »

PAUL GAUGUIN, VERS LA MODERNITE

Skin Fruit: Art’s Sweeter on the Inside

Henri Michaux & Franklin Chow : traversée du temps, traversée de l’espace

Une vibration inaudible à l’oreille nue…*

Chic un dessin !

Art Paris, une foire digne d'un chenil !

Parade à l’Armory Show

Créés en 2008, les Brit Insurance Design Awards sont au Design ce que les Oscars sont au Cinéma.

Too great, Toorop !

« Turner et ses peintres » au Grand Palais : coup commercial ou véritable innovation ?

Du nouveau au Louvre ? Oui mais du contemporain !

Have a Coke for Islam! Adel Abidin exposes at the Kiasma Museum for Contemporay Art, Helsinki, Finland February 12th – April 25th 2010

Le design comme invention

Aimer avec un pinceau, éduquer avec un regard

Performance de Fabien Breuvart le soir du vernissage de Paris Photo 2009… ou « l’art brut » photographique

Ventes de New York: Sotheby's 1 – Christie’s 0,5

La Fiac 2009 : une foire enfin internationale à Paris

Feu d'artifice de Fabien Giraud et Raphaël Siboni, FIAC 2009

Avec l’éclatement de la bulle, la Frieze apparaît beaucoup moins pétillante