05 Février 2010

Paul Colin (1892-1985). Le Tumulte Noir. 1929. Lithographie et coloris au pochoir

par Xavier Dominique

En 1929, Paul Colin réalisa cet album en hommage à la « folie noire » qui s’était emparée de Paris avec l’apparition du jazz, et surtout l’arrivée de Josephine Baker et de sa troupe : la Revue Nègre enflamma en effet le Théâtre des Champs-Élysées en 1925 par sa nouvelle danse débridée, le charleston, que Jospehine Baker dansait juchée sur un tambour géant. Colin fut recruté par le Théâtre pour réaliser l’affiche de la Revue Nègre et c’est à cette occasion qu’il rencontra Josephine Baker, laquelle fut un temps sa maîtresse, et resta son amie sa vie durant. Le succès rencontré par l’affiche permit à Colin d’intégrer l’équipe artistique du Théâtre, pour qui il dessina des décors, tout en poursuivant sa prolifique carrière d’affichiste. Il devint une figure célèbre du Tout-Paris. En 1926, Josephine Baker lança son propre spectacle aux Folies Bergère et la troupe de la « Revue » se dispersa. En 1927, à l’âge de 21 ans, l’artiste, devenue une star, publia ses mémoires illustrés par Colin. En 1927, ce dernier fut à l’origine du « Bal Nègre » qui attira 3000 Parisiens. C’est pour célébrer les danses et l’énergie de ce phénomène en vogue que Colin réalisa en 1929 ce Tumulte Noir. Chef-d’œuvre de l’art décoratif, il s’inspire et se joue du cubisme, des calligrammes et de la caricature. « On y perçoit les relations intimes entretenues par l’artiste avec le jazz et l’ensemble de la communauté artistique noire de Paris : chaque page respire l’intimité, la familiarité totale avec le sujet. L’artiste représente des amis et non des modèles et fait ce travail parce qu’il l’aime et non parce qu’il est payé pour le faire » (Rennert et Weill).

Paul Colin (1892-1985), Le Tumulte Noir, 1929, lithographie et coloris au pochoir. Courtesy Ader

Paul Colin (1892-1985), Josephine Backer in Le Tumulte Noir, 1929, lithographie et coloris au pochoir. Courtesy Ader

Paul Colin (1892-1985). Le Tumulte Noir. 1929. Lithographie et coloris au pochoir. Format de l’album : 320 x 495. Album complet des 42 sujets tirés recto-verso, 2 sur doubles page, préface de Rip, 2 calligrammes dont un autographié sur feuillet séparé de vélin grège, et fac-similé autographié d’un texte humoristique de Josephine Baker sur feuillet séparé de vélin mince. Ensemble d’une remarquable fraîcheur. L’un des 500 exemplaires sur vélin, portefeuille décoré de l’édition (très légèrement défraîchi). Ancienne collection de l’imprimeur Henon (don de l’artiste). Réf. : A. Weill et J. Rennert, Colin affichiste, Denoël, 1989, pp. 40-53 ; Cl. Pétry, « Le Tumulte Noir », in Paul Colin et les spectacles, cat. d’exposition, Nancy, Musée des Beaux-Arts, 1994, pp. 26-40.


Estimation: 12'000-15'000 €

Vente le jeudi 11 février 2010 à 14h, Drouot Richelieu Salle 9, ADER

Commentaires

s'abonner au flux RSS des commentaires
#0001BARBAROT dit | 15/09/2010 09:28
je possède 10 litho de paul colin qui font partie du tumulte noir dont celle qui est représentée sur votre cite et la double page recto verso.
je suis vendeur et attends toutes propositions.
#0002tisserand dit | 20/12/2011 13:42
pour information, paul colin avait 35 ans en 1927 et non 21 ans comme écrit.
il reste nancéen avant tout et quittera Nancy pour Paris en 1919 en gardant de nombreux contacts et amis.
#0003Anthese dit | 23/01/2012 19:14
Bonjour, l'album Le Tumulte Noir de Paul Colin, avec l'accord de ses ayants droit, été réédité en lithographie comme en 1927 par l'Atelier Anthèse. Cette réimpression représente plus d'un an de travail dont trois mois pour imprimer les quelque 300 couleurs qui composent ce livre.
Pour information, en mai 2011, à Drouot, un exemplaire original est parti à 21.000 €

laisser un commentaire


Staël en salle (de ventes)

« Un événement considérable, le plus important sans doute depuis Van Gogh [...]. Wols a tout pulvérisé [...]. Après Wols tout est à refaire » (Georges Mathieu)

Nicolas de STAEL « Depuis ce soir-là je roule de France en Sicile, de Sicile en Italie [...]. Le point culminant fut Agrigente »

Un colosse disparaît : JOHN MCCRACKEN ou la sculpture minimaliste américaine

Pablo Picasso, Femme agenouillée se coiffant, 1906 ou les techniques de bronzes d’art

Simon Hantai, Pour Pierre Reverdy entre couleur, lumière et hommages

Pleins phares sur une paire d’appliques en bronze doré

L’étoile Polaire

Trois petits dessins pour un grand artiste : Henri de Toulouse-Lautrec

Paul Colin (1892-1985). Le Tumulte Noir. 1929. Lithographie et coloris au pochoir

A deux faces : Portrait de Picasso par Dora Maar

Joli prix pour une majolique

De chair et d'argent : un record pour une photographie de nu d'Atget

Un écrin à cigarettes comme joyau de l'Art Déco

Un beau meuble pour deux ébénistes