28 Novembre 2009

Un bisou très bling bling

Cour d’Appel de Nîmes, 2 juin 2009

Dernier rebondissement dans l’affaire du baiser : dans le rôle de l’amoureuse éconduite, en l’occurrence déboutée, Rindy Sam est condamnée à verser la somme de 18 840 € à la galerie Yvon Lambert, en sus des 1000 € au titre de l’article 700 du CPC, soit la peine initialement recquise contre elle en première instance pour avoir posé ses lèvres maquillées de rouge sur la toile immaculée de Cy Twombly, lors de l’exposition temporaire de la Collection Lambert en Avignon (2007).

Les juges du fond sont restés insensibles aux arguments de la jeune femme faisant valoir un « geste d’amour spontané » motivé par l’admiration qu’elle ressentait pour l’artiste et son travail...  La tentative de justifier cette manifestation d’amour à sens unique par sa nature artistique devait pareillement échouer. Ne retenant de ce baiser fugace que l’atteinte au respect de l’œuvre, les juges d’appel considèrent comme leurs prédécesseurs que l’infraction de vandalisme prévue aux articles L 322-1 du Code Pénal est caractérisée en l’espèce.

La passion artistique n’est donc pas un fait justificatif. Elle a même un prix, dont on connaît à présent le montant.  

Jessica Giraud

Commentaires

s'abonner au flux RSS des commentaires
#0001alain cartier dit | 25/03/2010 12:14
Ca ne coute pas € 18,840 euros pour effacer le rouge a levre d'une femme sur une toile peinte a l'huile !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
En aucun cas le rouge a levre a endommagé la peinture !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
#0002Antoine dit | 13/09/2010 00:46
Effectivement, on ne comprend pas bien la décision du juge...

laisser un commentaire


Tribunal de Grande Instance de Paris, 20 mai 2011, Syndicat National des Antiquaires c/ Christie’s

Contrefaçon ou contre pub ?

« Our body / A corps ouvert », accord perdu !

LA PLACE DES RESTES HUMAINS DANS LE DOMAINE PUBLIC CULTUREL

Quand la Lady rend son producteur Gaga

Google écrit une page jurisprudentielle

Quand agir permet de détenir

ArtyParade ©

Un Arrêt de la Cour de Cassation rappelle l’importance des « catalogues raisonnés »

Le chaos mis en demeure

Un bisou très bling bling

Les idées sont libres de parcours, pas les œuvres d’art qui les formalisent ...

People, art pipé ?

Exposer envers et contre l’artiste : Yes we can.

C’est l’histoire d’un titre …