21 Février 2012 15:57

Giacometti vs Picasso : Le Sud et le Nord. La Méditerranée et les Alpes

Par Tatyana Franck
 
 
 
 
 
Alberto Giacometti et Pablo Picasso sont deux références incontournables des salles de ventes. Après le record de 65 millions de livres pour une sculpture de Giacometti, L'Homme qui marche I, Picasso a repris la tête du classement pour une œuvre d'art vendue aux enchères avec une adjudication de 106,4 millions de dollars chez Christie’s New York pour le Nu au plateau de sculpteur qui comme son nom ne l’indique pas est une huile sur toile.
 
Dans les musées, Giacometti et Picasso font l’objet de multiples expositions. De saisons en saisons, de pays en pays, et d’expositions en expositions, l’œuvre de l’artiste suisse ne cesse de faire l’objet de confrontations historiques. En 2009, il y eut «Giacometti l’Egyptien», au Kunsthaus de Zurich, qui montrait l’influence de l’Egypte ancienne sur l’art du sculpteur, puis en automne 2011, «Giacometti et les Etrusques» à la Pinacothèque de Paris qui présentait les œuvres de Giacometti que la civilisation étrusque aurait inspiré.
 
Bien entendu, les deux artistes, de par leur sensibilité si différente, ne sont pas considérés comme des rivaux. Une récente exposition suggère même, au contraire, une forme de résonnance. L’exposition du musée Picasso de Malaga  «Alberto Giacometti, une rétrospective» réunit 198 œuvres du créateur suisse. Le peintre espagnol et le sculpteur suisse, habités de cette viscérale passion créatrice et d’une curiosité insatiable, étaient de très bons amis. Il n’est donc pas surprenant  que le musée Picasso de Malaga accueille aujourd’hui une rétrospective Giacometti.
 
Pablo et Alberto. Deux pôles antinomiques comme le chaud et le froid. «Deux pôles qui s’attirent néanmoins, comme tout ce qui s’oppose dans la vie», dit José Lebrero, le co-commissaire de l’exposition avec Véronique Wiesinger, directrice de la Fondation Alberto et Annette Giacometti. Des similitudes sont notables : tous deux sont nés de parents artistes, ont une formation académique équivalente et ont décidé de s’installer à Paris. Le choix de cette ville, périphérique à leur pays respectif, les a rapproché non seulement dans l’espace, mais dans leur sensibilité esthétique, développant chez eux une admiration pour les maîtres anciens. Tout comme Picasso, Giacometti a par ailleurs fréquenté à Paris le Musée de l’Homme. Il s’y est intéressé aux cultures océaniques et africaines comme en témoignent quelques unes de ses sculptures.
Les deux géants ont été suivis durant leur vie par des photographes devenus amis (1).
 
 
 
(1) Voir l’article de Julien Beauhaire Reflet dans un œil d’or dans Flash News (http://artyparade.com/flash-news/61)
 
Giacometti. Une rétrospective, musée Picasso de Malaga (Espagne)
Jusqu’au 5 février 2012.
Plus d’informations sur http://www.fondation-giacometti.fr/ (http://www.fondation-giacometti.fr/) 

http://www.museopicassomalaga.org/ (http://www.museopicassomalaga.org/)

laisser un commentaire



http://artyparade.com/news/43